voyage au cœur des périphrases de la SNCF et de la RATP


ANALYSE – Des millions de vacanciers s’apprêtent à prendre le train pour les fêtes de Noël. Un voyage qui sera sûrement ponctué de formulations tortueuses…

«À l’attention des voyageurs […], votre train est supprimé. Motif : toutes les conditions ne sont pas réunies pour le départ à l’heure.» Bonne surprise pour ces usagers matinaux du RER D. Ils devront trouver une autre solution pour se rendre au travail. La raison évoquée par la SNCF ? L’absence de «conditions réunies». Quelle réalité se cache-t-elle derrière ces mots ? Un problème technique ? Une absence de personnel ? Avouons-le, nous restons un peu dans le flou.

La compagnie ferroviaire nationale et la RATP manient à merveille l’art de la périphrase, figure de style pour dire en plusieurs mots ce qui aurait pu l’être en un seul. Ainsi, pour éviter de prononcer le terme banni (et très courant) de «retard», on parle «d’allongement du temps de parcours», ou encore d’une «gêne de circulation» à la place d’un «embouteillage»…

Prenez place à bord de la communication de la RATP et de la SNCF….

Panne, défaut, incident, accident ou encore difficulté : le choix des mots

Réputée pour ses retards, la plaçant ainsi au 11ème rang sur 16 pays européens…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 74% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Source link