« Une herbe haute et épiée n’a plus d’action de pompe à nitrates »-Alimentation et fourrages


Pour éviter la fuite de nitrates dans la nappe phréatique, le Gnis rappelle qu’il faut veiller à ce que l’herbe ne soit pas haute et épiée sinon elle ne consomme plus tout l’azote produit par la minéralisation du sol. De même, l’implantation de cultures dérobées fourragères ou de plantes de service est essentielle pour préserver la qualité de l’eau et la fertilité des sols.

Préserver la qualité de l’eau est un des objectifs que suivent les éleveurs. Les efforts réalisés ces dernières années ont d’ailleurs permis une nette amélioration dans les zones d’élevage. En décembre dernier, l’Idele notait ainsi dans ses Dossiers techniques de l’élevage : « En France, dans la plupart des territoires où sont élevés des ruminants et où une part importante de la SAU a été maintenue en herbe, la teneur en nitrates des eaux s’améliore significativement ».

À lire aussi : La qualité de l’eau s’améliore en zones d’élevage

Le taux de nitrates dans l’eau est en effet un des critères utilisés pour qualifier la qualité de l’eau. Le Gnis, groupement national interprofessionnel des semences et plants, rappelle que l’opinion publique assimile souvent les nitrates à la pollution alors qu’« ils sont indispensables à la vie », mais il faut faire attention à ce qu’il ne soit pas en excès, ce qui peut être préjudiciable. 

De juin à août, alors que la libération de l’azote est maximum dès qu’il y a un peu d’humidité dans le sol, « il est important que les flores prairiales soient poussantes et actives pour consommer l’azote. Or, lorsque l’herbe est haute, épiée, elle meurt ou passe par une phase de repos végétatif et ne consomme plus les nitrates. Les taux de nitrates dans les eaux de lessivage des prairies à l’abandon ou sous-exploitées, même sans apport d’engrais, sont très élevés, note ainsi le Gnis. À l’inverse, des ray-grass italiens fertilisés ou une prairie poussante sont capables de consommer l’azote disponible réduisant ainsi fortement la fuite des nitrates dans la nappe phréatique. »

Une végétation très développée et épiée perd donc fortement de sa valeur nutritive et surtout n’a plus d’action de pompe à nitrates.

Implanter judicieusement des plantes de services permet d’éviter l’érosion des sols.(©Gnis)

Par ailleurs, un sol qui serait pendant une longue période sans plante vivante, est aussi préjudiciable. « L’implantation de plantes en cultures dérobées fourragères ou de plantes de service est essentielle pour préserver la qualité de l’eau et la fertilité des sols. » La présence de couverts va faciliter la pénétration de l’eau plutôt que le ruissellement en surface et avoir un effet tampon, lorsque la pluviométrie est importante en ralentissant l’écoulement. Ils permettent aussi d’augmenter la réserve utile du sol en eau en améliorant le taux de matière organique et sont enfin un moyen de lutte contre les adventices.

D’où l’importance de bien gérer ses prairies et ses choix d’espèces que ce soit pour les prairies, les cultures dérobées fourragères ou les plantes de service. Le Gnis dispose pour cela de deux sites : www.prairies-gnis.org et www.herbe-actifs.org.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


60 + = 68