une femme et deux enfants tués dans un bombardement sur Marib


Une femme et deux enfants ont été tués dimanche dans des tirs des missiles sur la ville de Marib, dernier bastion loyaliste dans le nord du Yémen en guerre, ont affirmé des sources militaires accusant les rebelles Houthis d’être responsables de l’attaque.

Au moins trente personnes, dont six femmes et cinq enfants, ont été blessées par la chute de deux missiles sur une zone résidentielle de la ville, ont indiqué ces sources gouvernementales à l’AFP. Le bilan a été confirmé de source médicale. Les Houthis, proches de l’Iran, ont intensifié leur campagne pour s’emparer de la ville de Marib qu’ils tentent de conquérir depuis février aux forces progouvernementales, soutenues par une coalition militaire emmenée par l’Arabie saoudite.

Ces dernières semaines, les combats ont fait des centaines de morts parmi les combattants des deux camps. Un missile est tombé sur la résidence du chef d’état-major, le général Saghir ben Aziz, et le second a frappé des maisons avoisinantes habitées par des civils, ont ajouté les sources militaires, en accusant les rebelles Houthis.

«Viser des femmes et des enfants est l’œuvre de lâches», a réagi sur Facebook le chef d’état-major. La prise de Marib, chef-lieu de la province du même nom riche en pétrole et géographiquement stratégique, donnerait aux rebelles le pouvoir sur tout le nord du Yémen, qu’ils contrôlent déjà largement.

La guerre au Yémen, pays pauvre de la péninsule arabique, a éclaté en 2014 avec la prise de la capitale Sanaa (nord) par les rebelles. Elle a provoqué la pire crise humanitaire au monde selon l’ONU, qui met souvent en garde contre un risque de famine à grande échelle. D’après les organisations internationales, des dizaines de milliers de personnes ont péri dans le conflit et des millions ont été déplacées.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


2 + 8 =