un judoka retrouvé pendu dans une forêt, la thèse du suicide écartée


Alors qu’une enquête avait été initialement ouverte pour «recherche des causes de la mort», les policiers travaillent depuis mercredi sur une piste criminelle.

Le 30 octobre dernier, un joggeur courant dans la forêt de Plaisir, dans les Yvelines, avait signalé aux autorités avoir découvert un corps pendu à un arbre. Ce n’est que mardi 9 novembre que le cadavre a été identifié comme étant celui d’Antoine Seguin, rapporte Le Parisien . Le 29 octobre, jour de sa disparition, le sportif de 35 ans devait rejoindre des amis pour une soirée, selon Midi Libre .

Si les enquêteurs ont d’abord pensé au suicide, certains éléments troublants les ont finalement orientés sur la piste criminelle, poursuit Le Parisien, soulignant qu’une enquête criminelle, confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire de Versailles, a été lancée mercredi 10 novembre.

Un crime déguisé ?

D’après le quotidien, les investigations auraient notamment permis de découvrir dans le téléphone du défunt un message annonçant sa volonté d’en finir. Mais ce dernier n’a jamais été envoyé. De plus, toujours selon Le Parisien, l’autopsie réalisée le 4 novembre a révélé qu’Antoine Seguin avait subi plusieurs coups avant d’être pendu, conduisant les enquêteurs à penser qu’il s’agissait d’un crime déguisé en suicide.

Sur Twitter, l’adjoint au maire de Suresnes chargé du sport Alexandre Burtin Luciotto a rendu hommage à ce «jeune et dynamique Président du Judo Club de Suresnes» avec qui il explique avoir échangé «à propos de ses projets pour son club et de sa passion pour le Judo».

Diplômé de Sciences Po Toulouse en 2012, Antoine Seguin avait effectué son stage de fin d’études au sein du cabinet d’audit et de conseil KPMG avant de rejoindre La Banque Postale où, depuis 2017, il était notamment chargé d’études et projets fiduciaires, rapporte le site des alumni de Sciences Po Toulouse. Il avait également été candidat aux municipales en 2014 à Suresnes et aux élections départementales en 2015 dans les Hauts-de-Seine.

Originaire de Thouars dans les Deux-Sèvres, il pratiquait le judo à haut niveau et venait tout juste d’être élu président du Judo Club de Suresnes, où il habitait.



Source link