Sur les traces de l’« Homme qui marche » d’Alberto Giacometti


Paris, 1945. Les années de guerre ont été difficiles. Non qu’Alberto Giaco­metti ait réellement souffert dans sa chair (blessé au pied en 1938 lors d’un accident, il marchera toute sa vie avec une canne et ne sera jamais mobi­lisable). Depuis 1941, il est réfugié à Genève auprès de sa mère et de son neveu adoré. Mais du point de vue artistique, ces années sont bel et bien une souffrance. Loin de son atelier parisien de la rue Hippolyte Maindron, au sud de Montparnasse ; privé de ses repères ; dépourvu d’inspiration.

Alexander Liberman, Portrait d’Alberto, son frère Diego et sa femme Annette, dans le très spartiate atelier de la rue Hippolyte Maindron, à Paris

Alexander Liberman, Portrait d’Alberto, son frère Diego et sa femme Annette, dans le très spartiate atelier de la rue Hippolyte Maindron, à Paris, 1951

i

Photographie • Coll. Fondation Giacometti / © Succession Alberto Giacometti (Fondation Albertoet Annette Giacometti, Paris et Adagp, Paris)

L’artiste, installé dans une petite chambre d’hôtel vite envahie par les sacs de plâtre, se sent incapable de créer autre chose que des figurines qui tiennent dans quelques boîtes d’allumettes. « Je faisais ça malgré moi. Je ne comprenais pas, racontera-­t-­il. Je commençais grand et je finissais minuscule. Seul le minuscule me paraissait ressemblant. J’ai compris plus tard : on ne voit une personne dans son ensemble que lorsqu’elle s’éloigne et devient minuscule. » Taraudé par son insatisfaction, il ne parvient pas à résoudre son problème de proportion. « Je crois que la chose la plus difficile est de tirer d’un modèle une figure satisfaisante parce que chaque jour on voit le modèle d’une façon différente », écrit-­il.

et accédez à Beaux Arts Magazine
et à tous les contenus web
en illimité à partir de 5€ / mois



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


+ 57 = 62