Ressources humaines



Tourné comme un huis clos dans un local technique, L’Énergie du désespoir, film de Samuel Lecocq, artiste étudiant au Fresnoy né en 1992, fait entrer quatre collègues dans un escape game d’entreprise pour le moins absurde. Telle une histoire sans fin post-apocalyptique, les protagonistes cherchent à élucider des énigmes alors même qu’elles sont, en apparence, déjà résolues : boîtes ouvertes, cadenas déverrouillés, désordre général…
En quête de sens, les quatre employés, qui se rencontrent ici pour la première fois, pensent à un piège filmé par…



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


+ 80 = 88