[Réservé aux abonnés] « Gabrielle d’Estrées et une de ses sœurs » cache-t-il un crime presque parfait ?



Chaque mois, Beaux Arts s’arrête devant un tableau à l’histoire inouïe. Message crypté, soupçon d’empoisonnement, doubles énigmatiques… D’un érotisme étrange, Gabrielle d’Estrées et une de ses sœurs (1594), conservé au musée du Louvre, est l’une des œuvres anonymes les plus mystérieuses de l’histoire de l’art…



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


74 + = 77