Réformer la fonction publique pour édifier l’État de demain


La valeur de la fonction publique française est reconnue au-delà même de nos frontières. Pour lui permettre de s’adapter, et même devancer les transformations profondes du pays en matière économique, sociale, écologique et numérique dans un environnement européen et international en évolution permanente, le président de la République avait annoncé en avril dernier la création d’un nouvel Institut.

Cet institut aura pour dessein d’assurer le socle de formation commun à tous les hauts fonctionnaires de l’État, qu’ils soient préfets, ambassadeurs, recteurs ou directeurs des administrations et des grands corps.

Égalité, terrain, modernité

L’ordonnance adoptée ce 2 juin 2021 en Conseil des ministres et réformant la haute fonction publique permet ainsi à la fois  :
 

  • plus d’égalité des chances, avec 1 700 classes Talents du service public dans tout le pays et 15% de places supplémentaires offertes à nos boursiers ;
     
  • plus de terrain : chaque haut fonctionnaire sera encouragé à multiplier les compétences et expériences au contact du terrain et les carrières ne seront plus déterminées par un classement obtenu dès la sortie de formation ;
     
  • plus de modernité : en janvier, l’Institut national du service public formera des milliers de hauts fonctionnaires aux enjeux du siècle tout au long de leur carrière : numérique, transition écologique, action contre les inégalités sociales, rapport à la science… Cet opérateur de formation initiale et continue de l’encadrement supérieur sera ouvert sur le monde académique et à l’international.

Ainsi, cette ordonnance et les décrets qui l’accompagneront permettront à chaque ministre, à chaque ministère, de disposer de cadres supérieurs plus enclins à l’innovation et aux profils plus variés.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


+ 66 = 68