Records de chaleur – La France passe le pic de la canicule en dépassant les 40 °C dans le Sud-Ouest


La France a passé samedi le pic d’un épisode caniculaire intense et d’une précocité inédite avec des températures parfois supérieures à 40 °C et de nombreux records absolus de chaleur, particulièrement dans le sud-ouest et l’ouest, où des orages sont attendus en soirée.

Ces orages ponctuels sur la façade atlantique sont les « prémices d’une dégradation pluvio-orageuse » prévue dimanche et qui fera « régresser progressivement » la canicule, les plus fortes chaleurs se décalant vers l’Est, avec notamment jusqu’à 38 degrés attendus sur le Nord-Est dimanche selon Météo-France.

Le service météorologique a relevé samedi « des pointes voisines de 42°/43°C »dans le sud-ouest, avec des records de températures « tous mois confondus », comme à Biarritz (42,9°C) au Pays basque, au Cap-Ferret (41,9 °C) sur le Bassin d’Arcachon ou encore à Biscarrosse dans les Landes (41°C, record de 1968 égalé).

La barre symbolique des 40°C a aussi été atteinte ailleurs dans l’Ouest, comme dans les Deux-Sèvres (Niort), en Charente-Maritime (Rochefort), en Ile-et-Villaine (à La Noé-Blanche), dans le Maine-et-Loire (Angers) et l’Indre-et-Loire (Reignac). Le mercure n’a toutefois pas dépassé les 37°C à Paris.

Près de 45 millions de personnes sont toujours concernés par les niveaux rouge ou orange de vigilance canicule : onze départements en rouge, des Pyrénées-Atlantiques à la Vendée, et 59 en orange.

Selon Météo-France, le pays a aussi connu des records absolus de chaleur « minimale ». Avec 23,5°C au plus bas samedi, il n’avait ainsi jamais fait aussi chaud la nuit à Belle-Ile-en-Mer (Morbihan), effaçant un record datant de 45 ans.

Départs de feux

La chaleur, combinée à la sécheresse qui frappait déjà une partie du pays, a favorisé des départs de feux, notamment de récoltes, comme dans les Deux-Sèvres, en vigilance rouge depuis jeudi, où 21 hectares ont brûlé samedi.

Dans l’Aveyron (vigilance orange), les pompiers ont continué de lutter contre un incendie qui a détruit 140 hectares de végétation à Comprégnac, avec un vent défavorable et sur un terrain escarpé. Une centaine d’hectares supplémentaires pouvaient être menacés.

De nombreuses régions connaissent par ailleurs des niveaux élevés de concentrations d’ozone dans l’air en raison de la canicule, notamment en Ile-de-France, Hauts-de-France, Normandie et Auvergne-Rhône-Alpes, selon Prev’Air. La circulation différenciée a été mise en place en région parisienne.

Les fortes chaleurs favorisent également la prolifération des cyanobactéries dans des plans d’eau, entraînant des interdictions de baignade, d’activités nautiques et de pêche.

Cette vague de chaleur est arrivée du Maghreb par la péninsule ibérique, où l’Espagne fait face à d’importants incendies, dont l’un a déjà ravagé 20 000 hectares de terrain dans le nord-ouest du pays. Pour les scientifiques, la multiplication, l’intensification et l’allongement des canicules, aggravés par les émissions de gaz à effet de serre, constituent un marqueur sans équivoque du réchauffement climatique.





Source link