Rebond technique du blé, au lendemain d’une forte baisse-Conjoncture et marchés


Les prix du blé connaissaient un petit rebond technique, mardi en milieu de journée, au lendemain d’une forte baisse, alors que les rendements confirment leur faiblesse de jour en jour.

« L’avancée des récoltes sur l’hémisphère Nord, l’approche de point technique de résistance et la fermeté de la parité » ont notamment pesé sur les cours lundi, a souligné le cabinet Agritel. Les faibles rendements annoncés sont en revanche de nature à soutenir le marché. Le président du syndicat des producteurs de blé (AGPB) Eric Thirouin a jugé « optimistes », dans un entretien à l’AFP les premières projections de production de blé tendre émises par le ministère de l’agriculture, à 31,3 millions de tonnes, déjà en retrait de plus de 20 % par rapport à la récolte précédente — certes très bonne. Si le recul des surfaces, causé par les fortes pluies d’automne, a bien été pris en compte, « ils n’ont pas intégré véritablement de rendements très faibles », selon Éric  Thirouin. « Sur les rendements, je pense qu’ils ont été optimistes », a-t-il ajouté, indiquant en revanche n’avoir « pas d’inquiétude au niveau de la qualité, je pense que ça devrait être un très bon cru cette année ».

Concernant les rendements, il a décrit une récolte hétérogène comme jamais : « ça va du simple au sextuple », a déclaré Éric Thirouin, évoquant « des parcelles à 20 q/ha que ça soit en orge ou en blé tendre ». Lançant « un cri d’alarme » face aux aléas climatiques, avec des excès d’eau cet automne et un manque d’eau au printemps, il a rappelé plaider pour  « la mise en place et l’amélioration de l’assurance-récolte ». Alors que Bruxelles a autorisé voici deux ans l’abaissement du seuil de déclenchement de ces assurances de 30 à 20 % de pertes de rendement et l’augmentation du taux de subvention de 65 % à 70 %, « la France n’a jamais voulu l’appliquer » , s’est indigné Éric Thirouin. Si les céréaliers comptent parmi les agriculteurs les mieux assurés, « il y en a quand même deux tiers qui ne le sont pas », a rappelé le président de l’AGPB.

Peu avant 13H30 (11H30 GMT) sur Euronext, la tonne de blé tendre progressait de 25 centimes sur l’échéance de septembre à 182 euros, et de 50 centimes sur l’échéance de décembre à 184 euros, pour environ 11 000 lots échangés. La tonne de maïs, elle, progressait de 1,25 euro sur août à 172,50 euros, et de 50 centimes sur novembre à 161,50 euros, pour environ 500 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les cotations Agri Mutuel.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


+ 61 = 70