Pour la rentrée, l’ESAD de Reims sur le devant de la scène


1. Des artistes chez les astrophysiciens…

Il y a des résidences qui ont de l’allure ! Giuseppe Gabellone, artiste et enseignant à l’ESAD de Reims, a eu l’opportunité de sélectionner cinq artistes et collectifs d’artistes – Carla Adra, Chevaline Corporation, First Laid, Juan Ignacio Lopez et Jesse Wallace – anciens élèves de l’école, pour trois mois de résidence entre les murs du Paris Centre for Cosmological Physics. Autrement dit, auprès d’astrophysiciens, pour réfléchir au cosmos, aux trous noirs et aux quasars, et donner forme à une exposition, avec la complicité de l’association Jeune Création, dans les locaux hallucinogènes de l’Espace Niemeyer à Paris. Le projet Ce qui ne tourne pas, tombe est ainsi l’œuvre d’artistes lancés seuls dans le « Grand Mystère », comme l’exprime le chercheur et directeur des résidences Matteo Barsuglia. « Après quelques mois, nos invités, les artistes, ont trouvé des fils : la lumière, le temps, la gravité… » Cosmique !

Carla Adra, Étude préparatoire de la série « Système », 2020

Chevaline Corporation, Chevaline Corporation au travail, juin 2020

Juan Ignacio Lopez, Sans titre (wax 2), 2020

Jesse Wallace, Kanekokala, 2018

Arrow

Ce qui ne tourne pas, tombe.

Du 12 septembre 2020 au 25 septembre 2020

2. Coup de projecteur sur la filière bois par la chaire IDIS

La chaire IDIS (Industrie, Design et Innovation Sociale) est une plateforme de création née en 2015, qui met les étudiants en design objet et espace en lien avec les acteurs régionaux de différentes filières – métal, bois, chanvre, en leur proposant notamment des journées de déplacement en immersion. « Notre but est de valoriser le design auprès de la région en menant des projets collaboratifs avec des associations, des institutions, des entreprises », explique Véronique Maire, titulaire de la chaire et designer. La Paris Design Week est donc l’occasion de découvrir, entre les murs de la galerie Joseph, différents projets entre savoir-faire ancestral et innovation – comme cet Abri néotraditionnel signé Corentin Loubet, qui s’empare d’une ancienne technique de bardage régionale. « Les essis, précise Véronique Maire, habillaient les maisons pour les protéger du vent ; c’est un travail manuel long et délicat. Il s’agit ici de garder une trace de ce savoir-faire. » Et ce, en l’associant au béton et à une ligne contemporaine. Brillant !

Corentin Loubet, en collaboration avec Hans Coffrage, Abris néotraditionnel

Jules Levasseur, Folie végétale

i

En collaboration avec Les Compagnons du devoir, Eco-Technilin et le CoDEM / Le BATLAB

Nicolas Mauvais-Yoshitomi, Projet pédagogique

i

En collaboration avec la Scierie Jean Mathieu

Juliette Génaud et Jonas Odetto, Connexion

i

Banc et guéridon • en collaboration avec la Graniterie Petitjean et Gérard Agencement

Arrow

Filière bois, valorisation d’un territoire

Du 3 septembre 2020 au 14 septembre 2020

3. À la découverte du chanvre, matériau de l’avenir

Rendez-vous cette fois-ci au Cellier de Reims pour faire connaissance avec la richesse de la filière du chanvre. Des étudiants en design de la chaire IDIS présentent leurs travaux après être partis à la rencontre des acteurs de ce matériau écologique. Avec, notamment, des projets autour de l’habitat, où le « béton chanvre » est utilisé pour du mobilier permettant de répondre à des problématiques d’inertie thermique. On y observe par exemple le projet Fago en béton chanvre de Marion Le Lann et Claire Salembier, qui vise à compenser la perte d’énergie des convecteurs électriques. Construction, textile, énergie… Le chanvre fait sa révolution !

Claire Salembier et Marion Le Lann, Fago

i

En collaboration avec La chanvrière et BCB Tradical

Laura Huang, Tianyi Zhou (ESAD de Reims) Caroline Braun, Justine le Bars, Gisèle Ntsama, Lucie Ponard et Anne Claire Noyer (HEAR Mulhouse), Knit the knit

Aline Riehl (ESAD Reims) et Cécile Le Picaut (HEAR Mulhouse), Woven Meeting

Laure Philippe et Wanda Buf (ESAD Reims) et Florence Wuillai (HEAR Mulhouse), Fusion

Arrow

Le Chanvre, matière à transformation sociale

Du 18 septembre 2020 au 27 septembre 2020

4. Art ultra-frais : les diplômés présentent leur travail

Cécile Le Talec est artiste et enseignante à l’ESAD de Reims : c’est elle qui, cette année, est commissaire de l’exposition des quatre diplômés du master Art, « organisée comme tous les ans avec nos étudiants de cinquième année dans la perspective de présenter leur travail au prix Prisme ». Soit un prix de 5 000 euros, décerné par l’association d’entrepreneurs et de chefs d’entreprise Prisme, présidée par Didier Janot. Cette année, place aux réalisations d’Adriann Béghin, de Chloé Charrois, d’Adrien Tinchi et de Valentin Tyteca qui explorent des pratiques aussi variées que l’installation, le dessin, la vidéo ou la céramique. Et formulent, dans l’espace voûté du Cellier de Reims, le premier grand projet de leur carrière d’artiste. À suivre.

Exposition « Les inédits »

Exposition « Les inédits »

Exposition « Les inédits »

Exposition « Les inédits »

Du 13 octobre 2020 au 25 octobre 2020

Arrow

À écouter : la radio Interlude

Lancée pour cette rentrée scolaire 2020, la radio Interlude propose aux élèves de l’ESAD de Reims d’explorer les possibles de la création sonore, en partenariat avec le collectif Sonopopée, Césaré, Centre national de création musicale de Reims, et avec le Conservatoire à rayonnement régional. Les formats d’émission varient entre 15 et 28 minutes et invitent « les compositeurs, les artistes, les poètes, les écrivains, les musiciens, les architectes, les designers, les artisans d’art, les comédiens, les metteurs en scène, les danseurs… à habiter une “plage” radiophonique le temps d’une écoute. » Pour une multiplicité de formats et d’inspirations !



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


79 + = 81