Pesticide interdit – La justice valide la destruction de carottes dans la Manche


La justice a donné tort lundi en référé à des maraîchers normands qui avaient utilisé un pesticide interdit et refusaient la destruction de leur production.

Le juge des référés du tribunal administratif de Caen a débouté cinq entreprises de maraîchage de la Manche qui demandaient la suspension de procès verbaux ordonnant la destruction d’une partie de leur production, selon un communiqué du tribunal.

Ces PV faisait suite à « des contrôles effectués sur plusieurs parcelles semées de carottes » où l’administration avait relevé que « les échantillons de terre prélevés comportaient des traces de dichloropropène ». « Ce produit phytopharmaceutique est utilisé pour combattre les nématodes à kystes, parasite des carottes, mais il est interdit en France depuis 2018 », rappelle le tribunal.

Datés du 22 septembre, les PV ordonnaient une destruction de la production des parcelles concernées dans un délai de deux mois.

Les champs se situent à Créances, commune connue pour ses carottes ou dans des communes proches.

Les plaignants font partie des personnes mises en cause dans une enquête dirigée par le parquet de Coutances (Manche) sur l’importation illégale d’Espagne de 80 tonnes de produits à base de dichloropropène et répandus dans le secteur de Créances, a précisé lundi ce parquet.

Dans le cadre de cette enquête vingt personnes avaient été auditionnées les 4 et 5 novembre, en garde à vue ou en auditions libres, dans la Manche, le Gard et les Pyrénées orientales, selon le parquet. Il s’agit de 14 maraîchers utilisateurs, trois importateurs-revendeurs et trois transporteurs.

« La majorité des personnes mises en cause » ont « reconnu avoir participé à l’importation et à l’usage de ce produit phytosanitaire », selon le parquet.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


3 + 3 =