OCS : 7 films qui vous rendent nostalgiques des années 80 à voir pendant le confinement – Actus Ciné


Nostalgiques des années 80 ? OCS propose des films qui combleront ce sentiment à voir et à revoir, de Mad Max à S.O.S. Fantômes, entre beaucoup d’autres. Histoire de se changer les idées pendant le confinement.

D.R.

Le catalogue de la plateforme est susceptible d’évoluer, et certains contenus de disparaître.

Mad Max

En 1979, le premier volet de Mad Max sort en Australie. Il n’arrivera qu’en 1981 dans les salles françaises, à peine quelques moins avant Mad Max 2. Le premier film met en scène un tout jeune Mel Gibson et le réalisateur George Miller est obligé de travailler comme médecin urgentiste pour financer le projet. Le manque d’argent poussera même l’équipe à payer les figurants en bières. A revoir ce premier volet, on retrouve avec plaisir l’ambiance apocalyptique et sa thématique “thriller d’action teinté de vengeance” dont la violence fut largement censurée à l’époque. Un pur condensé de cinéma de la débrouille, et un classique du genre post-apocalyptique !

 

Rencontres du 3ème type

Première forée de Steven Spielberg dans ce qui deviendra l’un de ses genres de prédilection, Rencontres du 3ème type est aussi un classique de la science-fiction. Porté par le succès des Dents de la mer, Spielberg a carte blanche et se concentre sur le fait que l’arrivée éventuelle de créatures extraterrestres ne devraient pas être accueillie par une armée déployée mais doit être envisagé comme un événement mystique, quasi religieux. Les effets spéciaux rappellent ceux d’un autre film sorti cette année-là, La guerre des étoiles de George Lucas (qui ne s’appelait pas encore Un nouvel espoir) et portent la marque indélébile de la fin des années 70 et du début 80 avant la révolution Tron de 1982. Et il y a François Truffaut au casting. Que demander de plus ?

 

 

SOS Fantômes

Bill Murray et ses camarades chasseurs de fantômes en vestes beiges, “proton-pack” sur le dos et voyageant dans un corbillard sont devenus iconiques. Difficile de ne pas ressentir l’époque à laquelle ce film a vu le jour tant ce film culte transpire les années 80. L’imagerie qu’il a instauré a perduré dans la culture pop au point que cette année (le 19 août si rien ne change) sortira un S.O.S. Fantômes : L’Héritage qui fera écho à ce film de 1984. Malgré des effets spéciaux parfois datés, S.O.S. Fantômes réussit le pari de rendre crédibles les aventures loufoques de Peter, Ray et Egone à la recherche des ectoplasmes en tout genre. Une madeleine de Proust à (re)savourer !

 

La Totale!

Une comédie d’action portée par Thierry Lhermitte, Michel BoujenahEddy Mitchell et Miou-Miou, il fallait y penser, Claude Zidi l’a fait ! Son film est une réussite, porté par une BO garantie 100% d’époque ! Chacun joue un archétype et c’est tant mieux, du bel agent secret pour Lhermitte à l’équipier goguenard pour Mitchell, chacun trouve sa place dans un long métrage qui brille surtout par son habile mélange des genres et son casting. La Totale! sera adapté aux États-Unis par James Cameron avec Arnold Schwarzenegger sous le titre True Lies. Ironiquement, la version américaine totalisera 1 891 086 entrées, soit plus que la version originale et ses 1,63 millions de tickets vendus. On peut également s’amuser à y chercher un tout jeune Frédéric Diefenthal.

 

Undercover – Une histoire vraie

L’histoire vraie d’un père d’origine modeste, Richard Wershe (Matthew McConaughey), et de son fils Rick Jr. (Richie Merritt), un adolescent qui fut informateur pour le compte du FBI, avant de devenir lui-même trafiquant de drogue, et qui, abandonné par ceux qui l’avaient utilisé, fut condamné à finir ses jours en prison. En plus d’être un polar “à la dure”, avec un sujet difficile, Undercover est une plongée dans ce qu’était Détroit dans les années 80, une ville rongée par l’épidémie de crack et les trafics en tous genres. On y trouvera également une critique féroce des méthodes du FBI, hissant Undercover du drame intimiste teinté de thriller qu’il semblait être vers le polar engagé et bien troussé qu’il méritait d’être.

 

Y a-t-il un flic pour sauver la reine ?

Inspiré par la série Police SquadY a-t-il un flic pour sauver la reine ? est la troisième comédie des ZAZ (voir plus bas) après Y a-t-il un pilote dans l’avion et Y a-t-il quelqu’un pour tuer ma femme ?. Le policier Frank Drebin (Leslie Nielson) est envoyé sur une affaire de drogues pendant que la reine d’Angleterre est en visite officielle à Los Angeles. Les gags se succèdent : visuels, parodiques, absurdes et hilarants. L’univers des ZAZ est cohérent de film en film, au point de parfois retrouver quelques redites dans les gags, mais ce “flic pour sauver la reine” est un humour pour toute la famille avec quelques doubles-sens que seuls les adultes saisiront.

 

Y a-t-il une pilote dans l’avion ?

Première comédie du trio Jim AbrahamsDavid ZuckerJerry Zucker dit les “ZAZ”, Airplane! (Y a-t-il un pilote dans l’avion) est un chef d’oeuvre parodique qui n’a pas pris une ride. Le principe est simple : suite à un empoisonnement alimentaire, un pilote qui n’a plus volé depuis des années est obligé de prendre les commandes. Évidemment, les situations s’enchaînent et le regard des ZAZ apporte un vent frais dans la parodie cinématographique. En s’attaquant à des genres modernes et en jouant sur les faux raccords, l’absurde, le burlesque et les références, le trio prend brillamment le relais de l’autre parodiste du cinéma américain : Mel Brooks.

Comment trouver le film ou la série qui vous correspond ? Découvrez le score d’affinités d’AlloCiné – Cliquez ici pour en savoir plus.

Retrouvez le programme mensuel de OCS en cliquant ici.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


6 + 2 =