Mort de Guy Bedos, comique cinglant et acteur pour Yves Robert – Actus Ciné


Le comique et acteur Guy Bedos est mort ce jeudi 28 mai, à l’âge de 85 ans. Révélé par ses spectacles humoristiques, il était connu pour ses rôles dans les films d’Yves Robert comme “Nous irons tous au paradis” et “Un éléphant ça trompe énormément”.

COADIC GUIREC / BESTIMAGE

Guy Bedos est décédé à l’âge de 85 ans, vient d’annoncer son fils, Nicolas Bedos sur Instagram.

Après un passage par les cours de comédie de la Rue Blanche, Guy Bedos débute simultanément sur scène et sur grand écran au milieu des années 50. Au théâtre, il s’illustre dans des pièces du répertoire classique comme Monsieur Chasse de Georges Feydeau ou encore Bon week-end Monsieur Benett, le popularisant auprès du grand public. Au cinéma, il débute dans Futures Vedettes de Marc Allégret, puis multiplie les seconds rôles, de Ce soir ou jamais (1961) au Caporal épinglé (1962). Dans la foulée, il s’affiche également au cabaret, qui lui apportera du succès tout au long de sa carrière, et qui imposera son ton caustique.

Repéré par Yves Robert

Le parcours cinématographique de Guy Bedos est intimement lié à celui d’Yves Robert. En 1964, le cinéaste lui offre son premier rôle d’importance dans Les Copains, aux côtés de Philippe Noiret et Pierre Mondy. Il lui apporte la consécration une dizaine d’années plus tard, avec le rôle de Simon, la “grande gueule” d’Un Éléphant, ça trompe énormément (1976) et de Nous irons tous au paradis (1977). Entre-temps, Bedos se trouve notamment à l’affiche de Dragées au poivre, du Pistonné ou encore de L’Oeuf.

Alors qu’il multiplie les triomphes sur scène avec son humour cinglant, burlesque et parfois provocateur, Guy Bedos se fait de plus en plus discret à l’écran. Cet observateur malicieux du quotidien, épinglant volontiers les politiciens, apparaît ainsi au générique de Réveillon chez Bob (1984), puis retrouve Yves Robert pour Le Bal des casse-pieds (1992). Dès lors, mis à part quelques rares apparitions dans de petites productions, le comique délaisse le cinéma pour la scène.

Retour au cinéma

Absent pendant 15 ans du grand écran, Bedos décide de reprendre du service en 2007 sous l’œil affuté des caméras de Véra Belmont pour Survivre avec les loups, ainsi que celles de Stéphane Kazandjian pour Moi, Michel G, Milliardaire, Maître du monde (2010) et de Stéphane Robelin pour Et si on vivait tous ensemble ? (2011). Dans ce dernier, il s’affiche aux côtés d’un groupe de retraités dynamiques, interprétés par Geraldine Chaplin, Jane Fonda, Claude Rich et Pierre Richard. Entretemps, il est apparu à la télévision dans un court métrage (L’habit ne fait pas le moine) et dans la série Kaamelott, le temps d’un épisode de la saison 5.

 



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


3 + 3 =