Merlin l’enchanteur, le film qui en a tué un autre – Actus Ciné


“Merlin l’enchanteur” fait partie de ces classiques Disney encore un peu méconnus et il est parfois encore considéré comme mineur, notamment en raison de sa production chaotique. Mais saviez-vous qu’il avait aussi mis à mal un autre projet ?

Disney+

Connaissez-vous Chantecler ? Si oui, félicitations, vous êtes un(e) fan de Disney accompli(e) ! Dans le cas contraire, sachez qu’il s’agit d’un de ces Disney que nous n’avons jamais vus, parce que tués dans l’oeuf avant de véritablement voir le jour. Et le responsable de la disparition de ce projet, c’est entre autres Merlin l’enchanteur. Découvrez-en toute l’histoire.

Conseillé à partir de 8 ans, Merlin l’enchanteur est la “pépite du mois” sur Disney+.

Dans le courant de l’année 1937, alors que Blanche-Neige et les 7 nains est en passe de connaître un succès phénoménal, Walt* développe une adaptation du Roman de Renart, recueil de récits mettant en scène un escroc et assassin. En 1941, contre l’avis de ses animateurs, il achète les droits d’une oeuvre littéraire : la pièce de théâtre Chantecler d’Edmond Rostand, qui raconte la vie d’un coq égocentrique qui va changer suite à sa rencontre avec une poule faisane dont il tombe amoureux, et la découverte du fait que ce n’est pas son chant qui fait se lever le soleil chaque jour.

Il faut attendre 1945 pour que l’idée de mêler les deux récits en une histoire soit évoquée. Le renard est donc placé en ennemi du coq mais le film doit attendre le retour à une certaine stabilité financière du studio Disney pour se concrétiser, ce qui arrive au début des années 50. Chantecler est alors censé repartir mais les scénaristes patinent, et Walt décide de le reposer sur une étagère, et envoie ses équipes travailler à d’autres projets. Presque dix ans s’écoulent, et nous sommes en 1961 lorsque Walt accepte de redonner le feu vert à Chantecler sous la houlette de Ken Anderson (directeur artistique sur Pinocchio ou Blanche-Neige) et Marc Davis (directeur de l’animation de La Belle au Bois dormant).

Fulton Roberts
Chantecler d’après les croquis de Marc Davis

Les deux hommes repartent quasiment de zéro avec enthousiasme, jusqu’à ce que le frère de Walt, Roy Disney, le pan “comptabilité” du studio, ne vienne rappeler que le département animation ne rapporte pas d’argent et ne se rentabilise qu’avec les ressorties et que les extravagances de Walt commencent à coûter cher. Un compromis est trouvé entre le créatif et le comptable : la production est divisée par deux. Or, il reste deux films en préparation : Chantecler et Merlin l’enchanteur. Et comme nous le savons déjà, c’est le second qui sera choisi, notamment en raison de son faible coût et du fait qu’il repose sur un personnage déjà connu. Et Chantecler disparaîtra pour encore longtemps.

Mais même s’il est l’heureux élu, Merlin va voir son budget réduit au maximum. Des scènes spectaculaires du livre sur lequel se base le film sont raccourcies voire coupées. Quant à Chantecler, certains de ses dessins seront utilisés pour Robin des bois en 1973 (notamment pour le coq troubadour Adam de la Halle) et le projet fera un retour discret en 1981 lorsque Mel Shaw (concepteur de personnages sur Le Roi lion, entre autres) envisagera de ressortir le projet des cartons, en vain.

On peut cependant entrevoir ce qu’aurait donné Chantecler dans Chanticleer and the Fox: A Chaucerian Tale, un livre illustré dont les dessins sont issus des travaux de Marc Davis sur le film avorté.

Découvrez notre Top 5 des meilleurs Merlin du cinéma et des séries :

* pour des raisons de compréhension, il est question de “Walt” lorsque nous parlons de la personne de Walt Disney et de “Disney” lorsqu’il s’agit de la firme dans son ensemble.

A découvrir aussi

Les meilleurs films et séries à voir sur Disney+



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


1 + 5 =