Mbappé encore héros d’une France parfois bousculée


Mbappé décisif, Pogba stratosphérique, les difficultés persistantes des Bleus en défense… Retrouvez les Tops et les Flops de la rédaction à l’issue de cette rencontre entre l’Espagne et la France (1-2).

Tops

Mbappé, un mental à toute épreuve
Quelle semaine pour Kylian Mbappé ! Il l’avait commencée sur un plan médiatique en répondant aux interrogations autour de son avenir au PSG et s’était mis une grosse pression. Mais ces sollicitations n’ont eu aucune incidence sur son jeu. Bien au contraire. Après avoir été buteur et passeur décisif face à la Belgique, l’attaquant français a réédité cette performance en finale. Passeur pour Benzema, sur le 1-1, il s’est ensuite mué en buteur en faisant preuve de sang-froid, seul face à Unai Simon (80e). Le but du sacre après avoir beaucoup gâché il est vrai (68e, 72e, 89e). Mais l’histoire retiendra qu’il aura été prépondérant dans ce sacre en Ligue des nations. Comme au Mondial 2018.

Benzema, l’homme qui a tout relancé
Lorsque l’Espagne a ouvert le score, l’équipe de France était en fâcheuse posture. Heureusement, Karim Benzema a pris les choses en main. Deux minutes après le but espagnol, l’attaquant du Real a magnifiquement enroulé une frappe qu’a touchée Simon sans pouvoir l’empêcher de finir au fond des filets. Un but déterminant qui a réveillé les Bleus, bien plus tranchants par la suite. Vrai leader d’attaque, il a encore été à l’origine de pas mal de bonnes situations.

Pogba-Tchouaméni : une prestation de premier ordre
Si les Bleus ont résisté à l’Espagne et ses 64% de possession, ils peuvent grandement remercier Paul Pogba et Aurélien Tchouaméni. Le premier nommé a signé tout simplement une prestation incroyable de bout en bout. Omniprésent, il a permis aux Bleus de gagner en agressivité grâce à son volume de jeu, ses nombreux ballons récupérés. Il ne s’est pas contenté de ratisser et a lancé quelques belles actions grâce à sa vision du jeu. À ses côtés, le débutant Tchouaméni (2e titularisation lors de cette finale) a été également bluffant en ne faiblissant jamais tout au long de la partie, se montrant présent au combat dans les temps faibles.

Lloris, des parades décisives au bon moment
Au chômage technique durant une bonne partie du match, Hugo Lloris a répondu présent au bon moment. S’il ne pouvait rien sur le but d’Oyarzabal, il a été précieux en fin de partie lorsque la Roja s’est réveillée avec deux frappes vicieuses de ce même Oyarzabal (88e) et de Pino (90+4). Deux parades déterminantes pour conclure la finale.

Flops

La Roja a manqué de punch devant
Si l’Espagne a privé les Bleus de ballons et a signé quelques belles séquences, elle a manqué de caractère à la finition. En dehors d’Oyarzabal, buteur à la 64e minute, la Roja n’a pas vraiment été percutante dans la surface adverse. Surpris par le but égalisateur de Benzema, les Espagnols ont mis du temps à réagir et ont fini cette finale avec un sentiment d’impuissance.

La défense française encore en question
Tout n’a pas été parfait dans cette équipe de France durant ce Final Four de Ligue des nations. Comme contre la Belgique, les Bleus ont souffert face à l’Espagne avec pas mal d’errances défensives. Dans ce système en 3-4-1-2, l’axe français a paru en difficulté pour bien relancer, le trio Kimpembe-Varane-Koundé multipliant les mauvaises transmissions. La sortie sur blessure de Varane n’a rien arrangé et son remplaçant Upamecano n’a pas respiré la sérénité dans les temps faibles traversés par les Bleus. Même constat pour Pavard, mal à l’aise pour couvrir son couloir. Connue pour sa solidité par le passé, l’équipe de France a vraiment changé de visage durant ce Final Four.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


36 + = 42