Lucifer (Netflix) : la saison 5 est-elle à la hauteur des attentes ? – News Séries à la TV


La première partie de la saison 5 de “Lucifer” est disponible sur Netflix depuis ce vendredi 21 août. Que vaut cette nouvelle fournée très attendue marquée par l’arrivée de Michael ? Est-elle à la hauteur de la déjà très bonne saison 4 ? Notre avis.

JOHN P. FLEENOR/NETFLIX

Un peu plus d’un an après la mise en ligne de la saison 4 sur Netflix, Lucifer, la série policière teintée de fantastique portée par Tom Ellis, est de retour aujourd’hui sur la plateforme de streaming avec huit nouveaux épisodes qui composent la première partie de la saison 5. Une nouvelle fournée forcément très attendue par les fans – tant Lucifer est devenue un phénomène depuis son annulation par Fox en saison 3 et son sauvetage par Netflix en 2018 – qui devait à l’origine être l’ultime tour de piste de notre Seigneur des Enfers préféré, mais qui face au succès de la série à travers le monde sera finalement suivie d’une saison 6 prochainement.

Entourée du plus grand mystère durant son tournage, cette saison 5 a récemment dévoilé grâce à sa bande-annonce l’une de ses plus grosses surprises, à savoir l’arrivée dans la série du frère jumeau du héros, Michael, et a fait monter l’excitation d’un bon cran. Alors, maintenant qu’elle est enfin disponible, est-elle à la hauteur des attentes ? Et parvient-elle à surpasser les saisons 3 et 4, déjà de très bonne facture l’une comme l’autre dans des styles différents ? Après visionnage de l’intégralité des épisodes, voilà notre avis sur la première moitié de la saison 5 de Lucifer…

Une saison qui fait la part belle à ses héros et à ses comédiens

N’y allons pas par quatre chemins : cette nouvelle saison de Lucifer est une franche réussite. Après une quatrième salve qui s’était déjà révélée (un peu) plus feuilletonnante que les précédentes, notamment à cause des conséquences de la découverte par Chloé (Lauren German) du vrai visage de Lucifer, de la prophétie, et de l’arrivée d’Eve (Inbar Lavi) sur Terre, la saison 5 poursuit dans sa volonté d’explorer davantage le côté intime et personnel de l’intrigue. Et le twist lié à la présence de Michael, qui se fait passer pour Lucifer dans les premiers épisodes, n’est finalement pas aussi artificiel qu’on pouvait le craindre puisque ce nouvel antagoniste, qui cherche à se venger de son frère jumeau et à défaire les relations qu’il a nouées dans le mondes des vivants, permet aux auteurs d’approfondir la plupart des personnages principaux. En révélant des parts enfouies d’eux-mêmes (notamment leurs peurs les plus profondes) et en nous offrant quelques révélations de taille, qui promettent déjà de changer le cours de la série et auront des effets profonds sur Lucifer, Maze, et Chloe, pour ne citer qu’eux. Bref, l’arrivée de Michael sème une pagaille bienvenue et assez jouissive dans la série et semble être quelque chose que les showrunners Joe Henderson et Ildy Modrovich avaient en tête depuis longtemps, tant ce nouvel élément fait sens dans la mythologie d’ensemble racontée depuis le tout premier épisode de Lucifer.

John P. Fleenor/Netflix

Ce twist offre également la possibilité à Tom Ellis de jouer deux personnages – identiques physiquement mais très, très différents – et le comédien gallois de 41 ans prouve l’étendue de son talent en déployant tout un tas de détails qui permettent de différencier le jumeau maléfique du héros. Car oui, les deux frères vont finir par se retrouver face à face lorsque Lucifer reviendra enfin sur Terre. Mais nous n’en dirons pas plus. Toujours aussi drôle et charismatique, Tom Ellis reste le coeur palpitant de la série (après tout, c’est avant tout pour lui que l’on revient saison après saison) mais cette saison 5 a le mérite de mettre en avant tous les autres personnages, d’une manière ou d’une autre. Que ce Chloe, qui se remet mal du départ de Lucifer en Enfer et va voir leur relation se compliquer de bien des manières encore une fois dès son retour. Maze (Lesley-Ann Brandt), qui recherche une quelconque connexion dans l’univers. Ella (Aimee Garcia), qui traverse une crise existentielle. Linda (Rachael Harris), qui cache un secret à ses proches. Ou encore Dan (Kevin Alejandro), qui peine à aller de l’avant après la mort de Charlotte mais pourrait bien trouver un peu de réconfort grâce à une nouvelle amitié… étonnante ! Chacun des comédiens a droit à son arche narrative et à son moment pour briller. Prouvant, s’il en fallait encore la preuve, que le passage de la série de Fox à Netflix a vraiment eu du bon. La durée plus longue des épisodes (une cinquantaine de minutes contre 42 auparavant) et la possibilité de dévier (un peu) de la formule épisodique et policière offrant plus de place pour le développement de la trajectoire personnelle de personnages comme Ella ou Dan, plus en retrait auparavant.

Un format procédural lassant qui parvient tout de même à surprendre

Malgré tout, Lucifer reste une série procédurale, qui met en scène à chaque épisode une “enquête de la semaine” que Chloe et Lucifer doivent résoudre. La saison 4 s’étant autorisée plus de feuilletonnant, notamment en fin de saison avec l’attaque des démons, on était en droit d’espérer que le curseur soit poussé encore plus loin lors de cette saison 5. Voire que l’aspect procédural et policier soit totalement abandonné au profit d’une vraie intrigue feuilletonnante s’étalant sur l’ensemble des épisodes. Puisque les enquêtes ont toujours été le point faible de Lucifer, dont les personnages méritent finalement mieux que d’être les héros d’une série policière somme toute assez classique dans les codes qu’elle déploie. Mais il n’en est rien. La saison 5 reproduit la même formule que la précédente, mêlant enquêtes et intrigue fil rouge. Ce qui déçoit forcément un peu au début, mais finit par être une bonne nouvelle.

John P. Fleenor/Netflix

En effet, ces 8 nouveaux épisodes ont le mérite de nous surprendre avec des enquêtes originales et amusantes, qui accumulent pour certaines les clins d’oeil à la série elle-même. Le premier épisode met par exemple en scène une enquête que l’on suit à la fois du point de vue de Chloe et de Maze (qui prête main forte à l’inspectrice en l’absence du Diable en personne) sur Terre et de celui de Lucifer en Enfer. Avec en prime le retour d’un ancien personnage que les fans reconnaîtront tout de suite. Après une enquête plus classique lors de l’épisode 2, l’épisode 3 réjouit à son tour en nous emmenant au sein des studios Warner Bros (qui produisent Lucifer), où le showrunner d’une série policière inspirée de la vie du Seigneur des Enfers et du duo d’enquêteurs qu’il forme avec Chloe a été assassiné. Enfin l’épisode 4 (en noir et blanc), qui sur le papier pouvait donner l’impression d’être un épisode de remplissage imaginé lorsque Netflix a rallongé la saison 5 de six épisodes, se révèle être une très bonne idée, dont les personnages, issus du passé de Lucifer, servent finalement de miroir à ce que traversent les héros et font avancer l’intrigue de certains, dont Maze, de manière assez surprenante. Bref, l’aspect procédural de la série a rarement été aussi en forme (avec quelques guests savoureux en prime) et cela augure le meilleur pour la suite. D’autant plus qu’en parallèle le dernier épisode de cette première partie de saison 5 ouvre la voie à une partie 2 aux enjeux encore plus élevés. Dire qu’on a hâte relève donc de l’euphémisme.

La bande-annonce de la première partie de la saison 5 de Lucifer :

 



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


5 + 1 =