L’ex-ministre brésilien de la santé a dit que le vaccin Pfizer n’était pas nécessaire.


Selon deux sources, l’ancien ministre brésilien de la Santé Eduardo Pazuello a décliné l’offre de Pfizer Inc. de vaccins COVID-19 l’année dernière, estimant que le Brésil pourrait dépendre des vaccins britanniques et chinois fabriqués dans la région.

Des centaines de milliers de personnes sont décédées à la suite de l’épidémie, qui a gravement épuisé l’approvisionnement en vaccins du Brésil. Une enquête parlementaire sur la manière dont la pire épidémie de coronavirus du pays a été traitée a convoqué le général de l’armée trois étoiles.

Son témoignage de mercredi devant un comité du Sénat, au cours duquel il sera grillé sur la pénurie de vaccins, pourrait poser un tel danger pour le président d’extrême droite Jair Bolsonaro que le gouvernement tente de le retarder.

Selon deux sources gouvernementales proches de la situation, le bureau de Pazuello a estimé l’année dernière qu’en transférant la technologie d’AstraZeneca PLC et de Sinovac Biotech Ltd aux laboratoires publics régionaux, le Brésil pourrait assurer un approvisionnement adéquat en vaccins.

Selon des sources, lorsque Pfizer a d’abord contacté le ministère de la Santé en août, Pazuello a affirmé que le Brésil n’avait pas besoin d’une large gamme de vaccins et a refusé de rencontrer les dirigeants de Pfizer pour discuter de leur offre.

“Il y avait un espoir ambitieux que le Brésil serait en mesure de produire ses propres vaccins et d’éliminer ainsi le besoin de Pfizer après l’achèvement du contrat AstraZeneca”, a expliqué une source.

Le ministère de la Santé n’a pas répondu à une demande de commentaires.

Pazuello a refusé de commenter lorsqu’il a été contacté par Reuters. Il a fait semblant d’être mis en quarantaine la semaine dernière après avoir contacté deux personnes atteintes du COVID-19, retardant sa première comparution prévue au comité du Sénat.

Selon un communiqué de presse, Pfizer a soumis la première demande d’autorisation de vendre des vaccins au gouvernement brésilien à la mi-août, dans le but de livrer la première des 70 millions de doses d’ici décembre. En revanche, les débats n’ont jamais dérapé.

Les remarques de Pfizer en janvier ont exaspéré le ministère de la Santé, qui a critiqué la disponibilité insuffisante des vaccins pour la livraison d’urgence.

Le Brésil a signé le premier accord avec Pfizer le 18 mars, s’engageant à acheter 100 millions de vaccins. Pazuello était sur le point de partir lorsqu’une deuxième vague d’infections a fait grimper le taux de mortalité au Brésil.

Le Brésil est en retard dans la fourniture de vaccins en raison de problèmes de développement au centre biomédical de Fiocruz du gouvernement fédéral et de retards dans l’obtention des intrants essentiels de la Chine à l’Institut Butantan de Sao Paulo. Les adultes qui ont subi les vaccins prescrits ne sont que 11%.

Les doses initiales du vaccin sont arrivées au Brésil le 29 avril, environ huit mois après que Pfizer a soumis sa commande initiale. Mardi, un deuxième accord d’une valeur de 100 millions de doses supplémentaires a été annoncé, la livraison étant prévue pour le quatrième trimestre de cette année.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2021 France











Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


+ 43 = 50