Les coups de cœur et coups de griffe de notre envoyé spécial


Le mental de Mbappé, la belle histoire Hernandez, la rage des Bleus et le régal de Lukaku … Découvrez les bons et mauvais points de notre envoyé spécial à Turin après la victoire de l’équipe de France devant la Belgique (2-3).

Envoyé spécial à Turin

COUPS DE CŒUR

Le mental d’acier de Mbappé
Il fallait du courage et un sacré culot pour se présenter face à Courtois au moment du penalty égalisateur jeudi soir. Et Kylian Mbappé, malgré son raté à l’Euro face à la Suisse, a pris ses responsabilités, sans trembler. Signe d’un mental d’acier pour un garçon de 22 ans qui compte déjà 50 sélections en équipe de France. Colossal et historique pour le plus jeune joueur de l’histoire des Bleus à détenir ce record. Très attendu après avoir occupé la scène médiatique avec des interviews XXL, le champion du monde a répondu présent, sans sourciller et en terminant homme du match de ce fabuleux Belgique-France avec un but et une passe décisive. Du très grand Mbappé.

La réaction fabuleuse des Bleus
Être mené 2-0 par la première nation mondiale à moins de 30 minutes de la fin du match … Plus d’une sélection aurait craqué et dit adieu à la finale de la Ligue des Nations. Pas l’équipe de France. Après l’échec de l’Euro et un match aussi fou face à la Suisse, les hommes de « DD » ont dévoilé force, caractère, abnégation et sens du sacrifice, des qualités qui faisaient leur ADN en 2018 et que l’on pensait disparues. Avec seulement 8 champions du monde dans leur rang, les Bleus ont signé une seconde période remarquable à bien des niveaux avant que le talent ne fasse le reste. Un match fondateur en vue du Mondial 2022.

Lukaku, quel régal
On a beau le suivre chaque week-end avec Chelsea et admirer ses qualités, l’impression visuelle des tribunes est encore plus bluffante. Outre son 68e but –fabuleux- en 101 sélections, Romelu Lukaku a parfois donné l’impression de jouer contre des adversaires d’une catégorie inférieure. Physiquement, c’est un monstre doté d’une intelligence XXL quant à l’utilisation des espaces et de son corps. Faux lent, à l’aise des deux pieds, il a mystifié Hernandez sur le 2e but belge et aurait pu en mettre un troisième sans un hors-jeu sifflé en fin de partie. À lui seul, il a offert un récital au public turinois. Qu’on se le dise, Lukaku fait clairement partie des meilleurs 9 du monde.

La belle histoire des Hernandez
Toute la famille Hernandez a profité de chaque instant au coup de sifflet final jeudi soir au Juventus Stadium. Comme pour étirer le temps d’un moment hors du temps et délicieux. Entre la maman, les femmes des deux joueurs et leurs enfants, mais aussi bien entendu Théo et Lucas, tous se souviendront d’une soirée inoubliable. Pour la première fois depuis 1932 et les frangins Jean et Lucien Laurent, deux frères ont connu une titularisation avec l’équipe de France. Cerise sur le gâteau, le Milanais fut le héros de la soirée avec son but libérateur en toute fin de rencontre. Impossible de rêver meilleure issue.

À VOIR AUSSI – «C’est fabuleux»: Didier Deschamps savoure la victoire de la France contre la Belgique en Ligue des nations

COUPS DE GRIFFE

Rabiot et Varane en grande difficulté
Si les Bleus n’ont jamais lâché au Juventus Stadium, certaines individualités sont passées à côté de leur rendez-vous. C’est le cas notamment de Raphaël Varane et Adrien Rabiot. Pour le défenseur de Manchester United, la raison se nomme Romelu Lukaku. Poison constant, le buteur de Chelsea a fait tourner chèvre son adversaire direct pendant quasiment toute la partie. Un peu plus haut au milieu de terrain, ce ne fut pas mieux pour le Turinois. Dépassé lors du premier acte, il n’a pas fait beaucoup mieux après la pause, entre mauvais choix et placement imprécis. Pas impossible de voir Aurélien Tchouaméni lui passer devant dimanche face à l’Espagne en finale de Ligue des Nations.

Les Belges ont encore craqué
Comme en 2018, les Diables Rouges ont mordu la poussière face aux Bleus et risquent d’en faire encore des cauchemars. Interrogé sur la faillite de son équipe, pourtant devant au score après un magnifique premier acte, Roberto Martinez n’a pas mis en avant des problèmes physiques ou mentaux, sans doute désireux de ménager des troupes forcément déjà bien atteintes. Plombés par une défense incapable de répondre à l’équation Mbappé-Benzema-Griezmann, les Belges laissent une nouvelle fois passer la possibilité de remporter un trophée. C’était déjà le cas en 2016, 2018 et 2021. Ça commence à faire beaucoup pour la première nation mondiale.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


6 + 1 =