Les athlètes paralympiques entrent en scène !


C’est la deuxième fois, depuis la création des Jeux paralympiques en 1960 à Rome, que la capitale nippone accueille les athlètes, après ceux de 1964.

De la cérémonie d’ouverture le 24 août à celle de clôture le 5 septembre, 4 400 athlètes vont s’affronter dans 22 disciplines parmi lesquelles le badminton et le taekwondo font leur entrée dans les jeux paralympiques.

Objectif : 35 médailles

Aux Jeux de Rio, en 2016, la France était revenue avec 28 médailles. Elle en vise 35 à Tokyo.

Un objectif atteignable au vu de la montée en puissance de l’accompagnement auprès des sportifs paralympiques et notamment de ceux de haut niveau depuis les derniers Jeux.

« Les moyens des fédérations ont été renforcés, l’accompagnement humain des sportifs a été développé avec des équipes plus élargies. On a fait appel à l’innovation et la science pour accompagner nos athlètes. C’est donc tous ces éléments qui, mis bout à bout, permettent d’espérer plus de médailles à Tokyo », détaille Marie-Amélie Le Fur, présidente du Comité paralympique et sportif français (CPSF).

Une équipe de France « conquérante »

L’emblématique représentante de l’handisport, 8 fois médaillée paralympique dont 2 en or aux derniers Jeux de Rio 2016, est une athlète polyvalente. Elle est spécialiste sur les 100m, 200m, 400m et la longueur. Pour Tokyo, elle a décidé de se consacrer uniquement au saut en longueur. Avec un record du monde à 6,14 m établi en février dernier, elle part favorite de l’épreuve. Elle ne sera pas la seule.

En tête, les porte-drapeaux de la délégation française : Stéphane Houdet et Sandrine Martinet, respectivement en tennis et au judo, brigueront l’or. Un métal dont ils connaissent le goût pour l’avoir conquis lors de dernières olympiades.
 

« Il y a une véritable envie de concourir à Tokyo, d’aller chercher des médailles, de donner le meilleur de soi-même. On a une équipe de France conquérante. »
Marie-Amélie Le Fur, présidente du Comité paralympique et sportif français

Tokyo, outre les médailles, est une étape importante pour la reconnaissance du sport handicap. Les JO de Paris 2024 seront une vitrine exceptionnelle pour mieux faire connaître et développer l’handisport en France.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


9 + 1 =