Les Anges gardiens sur TF1 Séries Films : retour sur un tournage complètement fou – Actus Ciné


Diffusé ce soir à 21h, “Les Anges gardiens” de Jean-Marie Poiré est une comédie au rythme effréné portée par Depardieu et Clavier. Une hystérie qui s’est ressentie sur le tournage, qui s’est déroulé en partie à Hong Kong…

Deux ans après le carton des Visiteurs (plus de 13 millions de spectateurs), Jean-Marie Poiré retrouve en 1995 Christian Clavier pour une nouvelle comédie intitulée Les Anges gardiens. Adapté de la pièce C’est malin de Fulber Janin, le film suit un homme d’affaires sans scrupule et un prêtre orgueilleux aux prises avec les triades de Hong Kong et surtout avec leurs anges gardiens qui tentent de les remettre dans le droit chemin…

Tout auréolé du triomphe des Visiteurs, Poiré a les coudées franches : il s’agit du film français le plus cher cette année-là, avec 16 millions d’euros de budget (soit 80 millions de francs à l’époque). Il est courtisé de toutes parts, notamment par Gérard Depardieu qui veut tourner avec lui et Clavier. Une aubaine pour le réalisateur qui a enchaîné jusque-là les rendez-vous manqués avec le comédien. Avec ce duo de stars et un tournage prévu entre l’Île-de-France et Hong Kong, Les Anges gardiens s’annonce comme un projet d’envergure.

La moitié du script doit se dérouler dans la ville chinoise et Poiré tient à ce que le long-métrage s’ouvre sur d’impressionnantes scènes d’action. Sur place, il n’hésite pas à multiplier les risques : les courses-poursuites en voiture et en bateau sont tournées sans autorisation. « On pouvait faire des courses poursuites, mais on devait respecter le code de la route ! Les cascades avec les hors-bords à fond la caisse ne passaient pas bien. On a été assez mal reçu par les Chinois »*.

Selon le cinéaste, une explosion survenue sur le tournage bouleverse le trafic aérien et menace la trajectoire d’un avion qui s’apprête à atterrir. Si l’anecdote est quelque peu exagérée (l’aéroport aurait contacté la production après avoir vu une grand colonne de feu alors qu’un avion allait décoller), d’autres incidents ont bel et bien lieu. Le directeur de production fait un court séjour en prison et la mafia rackette l’équipe.

Capture d’écran

Une fois les séquences hongkongaises mises en boîte, leur durée intégrale fait une heure, et le film, lui, 2h50 ! Un second montage parvient à réduire Les Anges gardiens à 2h05 mais c’est encore trop long pour le producteur Alain Terzian. Quinze minutes supplémentaires sont coupées, et perdues à jamais car détruites. Un déchirement pour Poiré : « J’ai cédé au distributeur qui m’a torturé pour que le film soit en dessous de deux heures. Je m’en veux parce que j’ai été beaucoup trop gentil. C’était le moment de mon existence où j’étais une mégastar. Si j’avais dit non, tout le monde se serait écrasé »*. Un résultat incomplet et imparfait selon son réalisateur mais qui séduira toutefois 5,7 millions de spectateurs à sa sortie en salles.

* Extraits de l’article “Les Anges gardiens” : Jean-Marie Poiré raconte le tournage fou de sa comédie survoltée de Jérôme Lachasse, sur bfmtv.com.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


+ 60 = 62