Léa Belooussovitch, un monde devenu f(l)ou


« Ici, c’est une explosion au Cameroun, ça, un tsunami en Inde… » En nous montrant ses derniers dessins posés sur la table de son atelier, Léa Belooussovitch (née en 1989) précise spontanément à quel événement chacun se réfère – comme le font d’ailleurs ses titres, qui indiquent la date et le lieu. Catastrophes naturelles, attentats, guerres : l’artiste s’intéresse aux actualités qui, partout dans le monde, mettent les hommes à l’épreuve, et fournissent aux photojournalistes leurs sujets. Ces derniers lui apportent sa matière première, des photographies qu’elle déniche sur des sites d’informations locales et qui montrent de façon frontale des blessés et des morts, dans des paysages déchirés. Penchée sur un support de feutre blanc, une petite reproduction à côté d’elle, Léa recadre ces images puis en reprend les motifs et les floute patiemment.

Léa Belooussovitch travaillant sur une œuvre dans son atelier à Bruxelles

Léa Belooussovitch travaillant sur une œuvre dans son atelier à Bruxelles, 2021

i

et accédez à Beaux Arts Magazine
et à tous les contenus web
en illimité à partir de 5,75€ / mois



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


9 + 1 =