le travail d’équipe de Red Bull, des choix stratégiques suspects chez Mercedes :


Le travail d’équipe de Red Bull qui a sacré Max Verstappen ou encore le podium de Carlos Sainz mais aussi les erreurs de Mercedes et la fin de carrière sur abandon de Kimi Raïkkonen, retrouvez les tops et les flops du Grand Prix d’Abu Dhabi.

TOPS

Red Bull a tout tenté
Dans une course longtemps promise à Lewis Hamilton et Mercedes, Red Bull a tout tenté et a fini par être récompensé. Malgré le départ manqué de Verstappen, le Néerlandais a profité des incidents de course pour rester à portée du septuple champion du monde. Sous la voiture de sécurité virtuelle, provoquée par Giovinazzi, le Batave a effectué un deuxième arrêt pour tenter de remonter sur le Britannique. Un échec. Sous la voiture de sécurité, provoquée par le crash de Latifi, Verstappen a encore plongé aux stands pour finir la course avec des gommes tendres fraîches. Une prise de risque qui s’est avérée payante puisque la direction de course a fini par laisser passer les retardataires et a relancé la course à un tour de l’arrivée avec Verstappen juste derrière Hamilton. Le Néerlandais n’a laissé aucune chance au Britannique et l’a dépassé dans l’ultime tour pour s’offrir le titre mondial. Enfin, il faut saluer le travail d’équipe de Sergio Perez, sacrifié au profit de son coéquipier. Le Mexicain a bloqué, à la régulière mais tout en étant agressif, avant la mi-course, Lewis Hamilton pendant plus d’un tour, permettant à son leader de revenir à moins de deux secondes du septuple champion du monde. Un moment crucial du Grand Prix. Et un travail salué par Max Verstappen pendant et après la course. « Checo » Perez avait déjà été un coéquipier modèle, samedi, en offrant une aspiration à son leader, lui permettant de décrocher la pole. Un travail d’équipe donc et un boulot très bien fait.

Sainz termine la saison en beauté
Sa première année en rouge est une réussite. Le pilote espagnol a pris une superbe troisième place à Abu Dhabi, signant son quatrième podium de la saison après Monaco, la Hongrie et la Russie. Il valide ainsi une très belle année avec 164.5 points au compteur et la cinquième place au classement des pilotes. Au fur et à mesure de la saison, Carlos Sainz aura pris le dessus sur Charles Leclerc, son coéquipier, et termine sur une impressionnante série de quinze top 10 d’affilée.

Alpha Tauri finit sur une bonne note
La cinquième place des constructeurs était hors de portée pour Alpha Tauri mais l’écurie finit sur une bonne cette saison. Yuki Tsunoda termine quatrième, à la surprise générale, et signe son meilleur résultat en carrière. Régulier, Pierre Gasly prend lui la cinquième place à l’arrivée et valide le gros week-end d’Alpha Tauri. D’ailleurs, l’écurie italienne signe son record de points sur une saison avec 142 points au compteur dont 110 glanés par le pilote Français, neuvième au classement des pilotes.

FLOPS

Des choix stratégiques suspects chez Mercedes
Si Nicholas Latifi n’avait pas fracassé sa Williams à cinq tours de l’arrivée, Lewis Hamilton serait probablement champion du monde pour la huitième fois de sa carrière. Mais tout a basculé lorsque le Canadien est allé dans le mur. Et Mercedes, sacrée pour la huitième fois d’affilée chez les constructeurs, a peut-être fait une erreur ici. A ce moment-là, l’écart était proche des 13 secondes et sous régime de voiture de sécurité, tous les pilotes réduisent leur vitesse. C’est la règle. Lewis Hamilton avait, donc, probablement le temps de s’arrêter et de changer ses gommes. Au pire, il serait ressorti juste derrière Max Verstappen mais avec des pneus frais. Le scénario aurait donc été inversé. Mais Mercedes a fait le choix de ne pas prendre de risque. Un choix perdant. Autre désillusion, la course de Valtteri Bottas. Depuis sa sixième place sur la grille, le Finlandais n’a jamais été en mesure d’aider Lewis Hamilton, tout le contraire de Sergio Perez avec Max Verstappen.

Triste fin pour Raikkonen
Pour son 350e et dernier Grand Prix, Kimi Raikkonen a été contraint à l’abandon, victime d’un problème sur ses freins. Une triste fin de carrière pour le Finlandais de 42 ans qui a connu une saison galère avec Alfa Romeo. «Iceman» tire donc sa révérence lui qui avait commencé sa carrière lors du GP d’Australie en … 2001. Un autre temps. Champion du monde en 2007, il demeure le dernier pilote à avoir été sacré avec Ferrari.

McLaren en perdition
Que la fin de saison a été longue pour l’écurie britannique. Depuis la Turquie, les McLaren sont en immense difficulté. Les sept dernières courses ont été un long chemin de croix pour Lando Norris, dixième à Abu Dhabi, et Daniel Ricciardo, douzième. A la lutte pour la troisième place des constructeurs avec Ferrari jusqu’aux États-Unis, McLaren a complètement décroché ensuite et termine à 48.5 points de la Scuderia.


À VOIR AUSSI – Messi présente son Ballon d’Or au Parc des Princes : «Le premier que je gagne dans cette ville»



Source link