Le « Saint Jérôme » de Léonard prêté par le Vatican : une incursion rare dans l’esprit du génie


Une atmosphère de recueillement règne dans la deuxième et dernière salle de l’exposition. Accroché seul sur un fond sombre, le Saint Jérôme luit dans la pénombre. Son cadre doré est assorti aux tons jaune-brun du tableau, de la peau parcheminée du saint au lion rugissant à ses pieds, dont la queue dessine une arabesque graphique sur le fond couleur terre du décor rocheux…

Quelques ouvrages anciens, le testament de Salaï mentionnant un saint Jérôme de Léonard, une gravure d’Albrecht Dürer et une peinture de Joos Van Cleve viennent compléter la présentation. Une exposition de poche, donc, mais un événement de taille : ce n’est pas tous les jours que les musées du Vatican acceptent de prêter la seule peinture de Léonard en leur possession ! De la conception de l’exposition à l’arrivée sous bonne escorte de l’œuvre, protégée par une vitre blindée et un caisson à hygrométrie contrôlée, tout a été supervisé par l’institution, qui ne plaisante pas avec son champion italien.

et accédez à Beaux Arts Magazine
et à tous les contenus web
en illimité à partir de 5,75€ / mois



Source link