Le plafond de l’Opéra de Paris de Chagall : un éclatant concert de couleurs



Toute première fois au Palais Garnier comporte son apothéose : après la spectaculaire montée des marches, le nez levé sur les ors et les affriolantes sculptures, après l’entrée dans la salle immense et rouge, il y a l’étourdissement du plafond. Quel choc, quelle audace ! Les masses colorées jaunes, vertes, bleues et rouges sonnent avec éclat au milieu de l’architecture éclectique de Charles Garnier. Puis les détails nous attrapent : une tour Eiffel, des anges, des musiciens, des danseuses, un arc de triomphe… Marc Chagall (1887–1985) illustre ici quatorze opéras et ballets majeurs, du Carmen de Bizet au Lac des Cygnes de Tchaïkovski, mêlant leurs personnages à son imaginaire reconnaissable entre mille.

Ce qu’il faut savoir

Le commanditaire de ce grand projet est d’abord, selon la légende, un homme qui s’ennuie à l’opéra : André Malraux. Jetant un œil distrait au plafond, il s’aperçoit que celui-ci, signé Jules Lenepveu, est très académique et ne rajeunit en rien cette institution un peu poussiéreuse. Le ministre, oubliant définitivement la représentation de Daphnis et Chloé, s’enthousiasme. Ses idées fusent, et dès l’entracte il demande à son ami de longue date Marc Chagall de réaliser un nouveau plafond. Nous sommes en 1960, quatre ans avant l’inauguration officielle… Comme on l’imagine, la commande fait scandale. Malraux ne cède pas aux critiques, si ce n’est que Chagall peindra son plafond sur une toile amovible, dans les ateliers des Gobelins puis à Meudon, sous protection militaire. 220 mètres carrés de peinture plus tard, le plafond a réussi son coup : l’Opéra a comme un air de jeunesse !

Où la voir ?

Inauguré en 1875, le Palais Garnier accueille depuis une exceptionnelle programmation d’opéras et de ballets. Son architecte, Charles Garnier, a remporté le concours alors qu’il n’était qu’un jeune homme qui n’avait rien construit ou presque ! Bon à savoir : l’Opéra se visite, de façon autonome ou avec un guide, et pour un tarif bien plus abordable qu’une place de spectacle.

Arrow

Plafond de l’Opéra de Paris

Marc Chagall

1964

220 mètres carrés

Palais Garnier, Paris

Arrow

Retrouvez dès demain une nouvelle œuvre à découvrir sur BeauxArts.com



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


+ 65 = 70