le match Paris FC-Lyon arrêté après des incidents en tribunes


Triste et déplorable série pour le football français. Programmé dans le
cadre des 32es de finale de la Coupe de France, le match entre le Paris
FC et l’Olympique Lyonnais a été arrêté avant la reprise de la seconde
période, en raison de nouveaux incidents survenus
en tribunes. Des échauffourées très violentes entre pseudo-supporters
ont éclaté durant la pause, alors que le score était de 1-1 au tableau
d’affichage. Ces affrontements, qui auraient visiblement débuté par des
jets de fumigènes de la part du parcage lyonnais,
ont provoqué d’impressionnants mouvements de foule et un envahissement
de la pelouse. Le calme a été rétabli après l’intervention des forces de l’ordre mais après plus de quarante-cinq
minutes d’une (trop) longue attente, le speaker du Stade Charléty est
venu annoncer au public l’arrêt définitif de la rencontre.
Malheureusement du déjà-vu… 

Jet de projectiles sur les joueurs, bagarres générales 
Ce nouveau fiasco n’est pas sans rappeler l’interruption de la rencontre
Lyon-Marseille le 21 novembre dernier. Cette fois, c’est le jet d’une
bouteille d’un fan rhodanien sur Dimitri Payet en tout début de match
qui avait conduit les autorités à tout arrêter,
après là encore de très longues minutes de débats et d’incertitudes. Un évènement qui faisait lui-même suite à plusieurs incidents qui ont émaillé
les rencontres de Ligue 1 depuis le début de l’exercice 2021/22. Payet avait déjà
été victime d’un jet de projectile de supporters
niçois, venus ensuite sur la pelouse pour en découdre avec les
joueurs marseillais (22 août). Le premier des trois matches
définitivement interrompus cette saison. D’autres
rencontres ont également été marquées par des bagarres générales dans les gradins ou au bord du terrain, à l’image du derby du Nord entre Lens et Lille (18
septembre), ou encore du déplacement de Marseille à Angers (22
septembre). 

Au lendemain des annonces gouvernementales
En réaction à cette série noire, qui ternit considérablement le retour
du public dans les stades de Ligue 1 après près d’un an de huis-clos, le
gouvernement a dévoilé jeudi une série de mesures pour endiguer ces
actes violents. Parmi lesquelles l’interruption définitive
d’un match en cas d’agression d’un joueur ou de l’arbitre, la mise en
place généralisée de filets de protection ou encore l’interdiction des
bouteilles en plastique. Ironie du sort, de nouveaux incidents graves
ont éclaté dès le lendemain de ces annonces. Restés
aux vestiaires suite au chaos engendré à Charléty, le Paris FC et l’OL
n’ont pas pu se départager sur la pelouse. Aucune information n’a été
donnée ce vendredi soir quant au sort de la rencontre. 



Source link