Le Grand Bleu sur 6Ter : du naufrage critique au succès générationnel – Actus Ciné


Grand succès de l’année 1988 (avec plus de 9 millions d’entrées), la carrière du Grand Bleu avait très mal démarré auprès de la presse, au Festival de Cannes. Retour sur ce mauvais départ, sauvé par le bouche à oreille lors de la sortie en salles.

Immense succès en salles, avec près de 9,2 millions d’entrées enregistrées en 1988, Le Grand Bleu s’est imposé comme le plus gros succès cinéma en France cette année-là. Porté par un très bon bouche à oreille des spectateurs, le film a conquis le grand public, et a acquis le statut de film culte auprès de toute une génération.

Succès incontesté grâce au public, mais démarrage houleux face à la critique. Présenté en ouverture au Festival de Cannes 1988, Le Grand bleu a en effet reçu un accueil glacial de la presse, à propos duquel Luc Besson s’est épanché dans son livre de mémoires, Enfant terrible, paru aux éditions X.O. en 2019. 

Le cinéaste ne cache pas son amertume et la violence avec laquelle il a vécu ce moment : “9h30 du matin. Première projection de presse. Au grand palais. Je suis en face, assis au fond du bar du Majestic à me bouffer les ongles. Pas question de m’approcher du palais. (…) Les premiers retours m’arrivent. Le film s’est fait siffler. Huer. La rumeur d’un désastre envahit la Croisette, comme une brume annonçant la mort. Déjà, j’aperçois des gens qui ricanent, d’autres qui n’osent plus croiser mon regard, d’autres encore qui s’éloignent. Un flop à Cannes, c’est comme avoir la peste.”, écrit-il.

Et d’ajouter : “C’est tout ce qu’il me reste de ces années de travail ? De ces centaines d’heures passées sous l’eau ? Mon corps se vide. Ma base s’écroule. Même mes proches s’éloignent, comme si j’étais radioactif. Le moment est d’une violence incroyable. Jamais je ne pourrai l’oublier.” Luc Besson raconte également en détails la façon dont il a vécu la traditionnelle conférence de presse du film à Cannes, ainsi que les premières interviews. Le réalisateur décrit le scénario du pire, avec beaucoup de tension entre son équipe et les journalistes.

Tel un pied de nez à ce mauvais accueil critique, l’affiche du Grand Bleu arborera comme slogan : “N’y allez pas, ça dure trois heures !” Comme on le sait aujourd’hui, le succès sera finalement au rendez-vous. Le film restera 60 semaines à l’affiche. “Le Grand Bleu devient un phénomène de société et sera considéré comme le film de la décennie“, écrit Luc Besson, fier et heureux d’avoir rempli les salles, en dépit d’une “presse horrible“. “J’ai 29 ans. Rien ne sera plus pareil dorénavant. Le succès et l’argent sont des facteurs qui me sont encore inconnus et que je vais devoir apprendre à gérer. Le monde va être plus grand, mais les amis plus rares et les ennemis plus nombreux.”

Le Grand Bleu est le plus grand succès de la carrière de Luc Besson en France, devant Le Cinquième élément (7,7 M) et Arthur et les minimoys (6,4 M).

Anna, Léon, Lucy… Quel est le meilleur Luc Besson selon les spectateurs ?

Voir le diaporama

Diaporama

Anna, Léon, Lucy… Quel est le meilleur Luc Besson selon les spectateurs ?

18 photos



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


6 + 4 =