Le blé en recul, pénalisé par la hausse de l’euro-Conjoncture et marchés


Les prix du blé reculaient lundi à la mi-journée en dépit de rendements en baisse, plombés par la hausse de l’euro face au dollar.

La devise européenne dépassait 1,17 dollar, minant ainsi la compétitivité des céréales françaises sur le marché mondial. Côté rendements, le cabinet Agritel estime que la récolte française de blé tendre sera de 29,22 millions de tonnes, en baisse de 26 % par rapport à 2019, sur la base d’un « sondage annuel, du 16 au 24 juillet 2020, auprès d’un large panel constitué des opérateurs de la filière ». « C’est la 3e plus petite récolte de ces 25 dernières années après les tristes références de 2003 et 2016 », relève Michel Portier, directeur général d’Agritel, cité dans un communiqué.

Il y voit le résultat de « l’effet ciseau d’une baisse des surfaces suite à l’automne pluvieux, conjugué à la baisse des rendements liée au déficit hydrique du printemps ». Motif de réconfort pour les producteurs, « la qualité jugée satisfaisante est conforme aux normes exigées par les principaux débouchés, à l’export notamment », poursuit Agritel. « Après une année 2016 catastrophique, et compte tenu des faibles volumes récoltés cette année, les céréaliers français vont de nouveau être éprouvés, surtout que les cours ne réagissent pas à la hauteur du phénomène », conclut Michel Portier.

« Les cours ne réagissent pas » face aux mauvaises récoltes

« La moisson est très avancée, voire terminée, pour la plupart des cultures », constate de son côté la coopérative française Axéréal dans un communiqué. Selon ses premières estimations, « les rendements, très hétérogènes suivant les zones de collecte, affichent une diminution moyenne de 18 à 20 %. Ce recul peut atteindre 40 % dans les zones les plus touchées ». « Si le blé dur et le colza semblent maintenir des rendements corrects, les orges et le blé tendre sont particulièrement affectés par cette baisse des volumes », note encore la coopérative.

Peu avant midi (10h00 GMT) sur Euronext, la tonne de blé tendre reculait de 1,50 euro sur l’échéance de septembre à 184,25 euros, ainsi que sur celle de décembre à 185 euros, pour plus de 7 000 lots échangés. La tonne de maïs, elle, progressait de 25 centimes sur l’échéance d’août à 174,75 euros, et reculait d’autant sur novembre à 163,50 euros, pour un peu plus de 200 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les cotations Agri Mutuel.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


9 + 1 =