La Piscine sur Arte : pourquoi ce film a failli échapper à Romy Schneider ? – Actus Ciné



La Piscine, ce soir sur Arte, a marqué notamment grâce à son couple glamour et ionique, composé d’Alain Delon et Romy Schneider. Mais saviez-vous que ce rôle féminin avait été d’abord pensé pour une autre grande actrice ? Retour la genèse du film.

Romy Schneider – Alain Delon. Difficile d’imaginer un autre duo en tête d’affiche de La Piscine, tant ce couple a marqué les spectateurs, et vivement participé à la réussite artistique du film de Jacques Deray. Mais lorsqu’on se replonge dans la genèse de ce projet, on découvre que le casting fut complexe à élaborer, plusieurs personnalités ayant décliné ou mis trop de temps à se décider.

Le casting est même assimilé à un “parcours du combattant” dans le livre “J’ai connu une belle époque”, mémoires du cinéaste Jacques Deray, aux éditions Christian Pirot. “Quand on voit le film aujourd’hui, on ne peut qu’admirer le choix des acteurs. Delon, Ronet, Schneider, Crauchet, tous paraissent faits pour les rôles, écrit-il, avec une sorte d’évidence qui cache les difficultés, les errements, les idées bonnes ou mauvaises, les détours, les affrontements avec le producteur toujours pas décidé à produire le film.”

La liste des acteurs pressentis est longue : de James Fox à Claude Rich (qui a refusé le rôle) côté hommes, et Monica Vitti pour le rôle qui sera finalement attribué à Romy Schneider.  Plusieurs autres actrices sont également considérées, comme le rappelle Jacques Deray dans son livre : Leslie Caron, Natalie Wood, Angie Dickinson… La préférence de Deray irait d’ailleurs à Angie Dickinson, selon le livre “Alain Delon une carrière, un mythe” de Baptiste Vignol, GM Editions. 

Pour Alain Delon, c’était Romy Schneider, sinon rien !

Comment le nom de Romy Schneider parvient-il finalement à s’imposer ? Cette idée repose entièrement sur Alain Delon, qui a eu un rôle crucial dans la concrétisation du film. “Delon a aimé, et en s’engageant, a mis en marche un film qui peinait à voir le jour“, peut-on lire dans Alain Delon ange et voyou, Vincent Quivy, (Seuil), qui décrit Jacques Deray, comme un auteur alors de “quelques films honnêtes mais pas mémorables“. Sans l’insistance de Delon -qui aurait menacé de claquer la porte si Romy Schneider n’était pas choisie-, la comédienne n’aurait probablement pas été retenue. “L’associé du (producteur Gérard) Beytout, René Pignières, essaie en vain de nous dissuader de penser à une comédienne qui est restée Sissi dans la mémoire du public. Alain tient bon. Romy rejoint Paris. Dès la première minute, je suis conquis“, confie Jacques Deray dans ses mémoires. 

Il faut avoir en tête, qu’à cette époque, Romy Schneider n’a pas encore relancé sa carrière qui sera associée par la suite à des cinéastes en vue, comme Sautet et Zulawski. Romy tourne peu en France.

Quand Romy Schneider parle d’Alain Delon sur le tournage de “La Piscine”…

Ce projet marquerait, qui plus est, des retrouvailles attendues entre Delon et Schneider : “Les relations entre les anciens fiancés sont apaisées, même si les contacts sont rares. (…) Il peut ainsi se considérer quitte d’une relation qui, dans la presse et le public, continuait de le poursuivre. La reformation du couple est, du reste, une bonne opportunité médiatique. L’annonce fait la une des gazettes.” L’insistance de Delon est en quelque sorte un renvoi d’ascenseur, à Romy qui l’avait désigné comme partenaire pour le film Christine, 10 ans auparavant.

Avec La Piscine, Romy deviendra aux yeux du public l’actrice “sensuelle, tragique, profonde et essentielle du cinéma français“, comme le résument David Kuhn et Marie-Clémentine Pierre dans “Alain Delon l’acteur” (Ipanema).

Saviez-vous qu’il y avait eu un remake de La Piscine ? La bande-annonce de A Bigger Splash :

 



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


7 + = 9