La pagode de Shwedagon, une féérie d’or et d’argent



Certaines villes ont pour skyline la silhouette des gratte-ciels. À Rangoon, capitale de la Birmanie, ce sont les pointes dorées des stūpas qui scintillent à l’horizon. La pagode de Shwedagon accueille le plus somptueux et le plus haut d’entre eux : il est recouvert d’or et abriterait les cheveux de Bouddha.

Ce qu’il faut savoir

La légende dit que deux marchands birmans qui voyageaient en Inde au VIIe siècle avant J.-C, auraient croisé le chemin du Bouddha. Celui-ci leur aurait alors offert huit de ses cheveux à conserver dans un stūpa (structure architecturale bouddhiste) sur la colline de Singuttara à Rangoon. Mais d’après les archéologues, la construction de la pagode de Shwedagon daterait en réalité du VIe siècle. Pendant 1400 ans, les monarques birmans vont successivement la reconstruire, l’agrandir et l’embellir. Le stūpa actuel est non seulement monumental (98 mètres de haut, soit deux fois l’Arc de Triomphe !), mais aussi éblouissant, car sa structure en brique est entièrement revêtue de plaques d’or. À son sommet, un millier de clochettes dorées et argentées tintinnabulent au gré du vent et sont surmontées d’une couronne sertie de 8000 diamants et rubis… Ce qui en fait l’un des lieux de pèlerinage bouddhique les plus luxueux d’Asie.

Comme le montre son histoire récente, la pagode de Shwedagon est aussi un haut lieu des revendications politiques du peuple birman. En 1946, alors que le pays est une colonie britannique, le général Aung San y tient un meeting indépendantiste. Sous la dictature militaire en 1988, sa fille, Aung San Suu Kyi, y demande un régime démocratique. En 2007, la pagode est le théâtre d’une violente répression de l’armée face à des milliers de moines manifestant pacifiquement. Ces dernières semaines, alors que la junte militaire a repris illégalement le pouvoir et continue de réprimer violemment toute opposition, les manifestants se retrouvent aussi près de la pagode.

Où la voir ?

Pour accéder au stūpa principal, situé sur une plateforme, on emprunte l’un des quatre longs escaliers qui permettent de gravir la colline de Singuttara à Rangoon. Il est d’usage de faire le tour du monument dans le sens des aiguilles d’une montre, sur un chemin pavé de marbre qui présente nombreux pagodons et pavillons de prière.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


+ 26 = 31