La marine américaine saisit des armes destinées selon elle aux rebelles yéménites


La marine américaine a annoncé avoir saisi 1400 fusils d’assaut AK-47 et des munitions sur un bateau de pêche parti selon elle d’Iran et à destination des rebelles au Yémen en guerre. «Les navires de la 5e Flotte des États-Unis ont saisi quelque 1400 fusils AK-47 et 226.600 cartouches sur un bateau de pêche sans pavillon (…) dans le nord de la mer d’Arabie», a indiqué dans un communiqué mercredi le Commandement central des forces navales américaines (Navcent).

Selon cette source, le navire a été intercepté le 20 décembre et l’armée américaine a saisi les armes et arrêté les cinq membres d’équipage — qui ont déclaré être Yéménites et qui vont être rapatriés — avant de couler le bateau. «Le navire a été considéré comme provenant d’Iran et aurait transité dans les eaux internationales sur une route connue pour le trafic d’armes illégal au profit des rebelles Houthis au Yémen», selon le communiqué. La 5e flotte des États-Unis, basée à Bahreïn, affirme avoir saisi en 2021 quelque 8700 armes illégales.

Violation des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU

L’Arabie saoudite – à la tête d’une coalition militaire en appui au gouvernement yéménite dans sa guerre contre les rebelles Houthis soutenus par l’Iran – et les États-Unis accusent depuis longtemps l’Iran de fournir des armes aux Houthis, ce que dément Téhéran. «La fourniture directe ou indirecte, la vente ou le transfert d’armes aux Houthis viole les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et (mène à) des sanctions américaines», selon le communiqué américain.

L’annonce de cette saisie intervient tandis que le conflit s’intensifie encore au Yémen, la coalition menée par l’Arabie saoudite multipliant les raids aériens ces derniers jours sur la capitale Sanaa, tenue par les rebelles. La coalition a annoncé mercredi avoir visé un camp militaire Houthis à Sanaa et détruit sept drones et des entrepôts d’armes, selon l’agence officielle saoudienne SPA. Et lundi soir, la coalition avait affirmé avoir mené «des frappes aériennes précises et limitées» sur l’aéroport international de Sanaa. Selon l’ONU, la guerre au Yémen aura causé la mort de 377.000 personnes depuis 2014 et d’ici à la fin 2021, dont plus de la moitié due aux conséquences indirectes du conflit, notamment le manque d’eau potable, la faim et les maladies.



Source link