la communauté internationale menace de sanctions ceux qui entraveraient les élections


Les dirigeants réunis vendredi 12 novembre à Paris dans le cadre de la conférence sur la Libye ont menacé de sanctions les personnes qui, à l’intérieur ou à l’extérieur du pays, «tenteraient d’entraver, de remettre en cause ou de manipuler» les élections prévues le 24 décembre, selon le communiqué de la réunion.

Ils appellent également à ce que la présidentielle et les législatives, les premières élections de l’histoire du pays, soient «régulières», «inclusives» et «crédibles», indique le texte.



Source link