La bactérie tueuse d’oliviers, xylella, repérée en Occitanie


La xylella fastidiosa, surnommée bactérie tueuse d’oliviers, a été détectée en août sur un échantillon de lavandin dans l’Aude en Occitanie, une région jusqu’à présent indemne, dans le cadre d’une inspection de routine par les services du ministère de l’Agriculture.

La bactérie constitue un danger pour les végétaux mais ne présente aucun risque pour la santé humaine. Elle a été repérée dans un établissement de production et de revente aux particuliers de végétaux d’ornements, a indiqué le ministère sans communiquer la localité exacte.

Des mesures de précaution ont été prises, dont l’arrêt de toute commercialisation de végétaux de cet établissement, où un traitement phytosanitaire a été appliqué sur l’ensemble du site.

Un périmètre de 2,5 kilomètres autour du site a été établi afin d’essayer d’empêcher, par des mesures de surveillance et d’arrachage des végétaux sensibles à la xylella, toute propagation de la maladie.

Et une série de prélèvements est réalisée sur les autres végétaux sensibles à la bactérie dans la zone infectée afin de déterminer l’ampleur de l’infection ainsi que la sous-espèce de la bactérie.

La xylella fastidiosa, qui a fait des ravages sur les oliviers dans la région des Pouilles en Italie, a été repérée pour la première fois en France en 2015.

Elle est présente sur une partie du littoral méditerranéen, en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, près de Menton, entre Nice et Fréjus et à Toulon, ainsi qu’en Corse. Toute l’île est considérée comme une zone infectée, précise le ministère.

La xylella fastidiosa s’attaque à plus de 200 espèces végétales et fait l’objet d’une lutte obligatoire encadrée au niveau européen, même s’il n’existe aucun traitement curatif.

Plus de 70 espèces d’insectes peuvent la transporter et elle n’a pas toujours le même impact selon la souche, le végétal et l’écosystème concerné, mais elle peut provoquer la mort des végétaux qu’elle touche.

Toutes les filières de production agricoles sont exposées à un risque de contamination (vigne, oliviers, arbres fruitiers, agrumes, luzernes, espèces ornementales, plantes aromatiques..). La bactérie se fixe aussi sur des végétaux non cultivés ou des espèces endémiques à certaines régions.

L’échantillon porteur de la bactérie détecté était un lavandula x intermedi, variété « grosso », a précisé le ministère.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


1 + 5 =