J’y crois encore (Amazon Prime) : 5 choses à savoir sur le biopic avec KJ Apa de Riverdale – Actus Ciné


Porté par KJ Apa (“Riverdale”), le biopic musical “J’y crois encore” est disponible dès aujourd’hui sur Amazon Prime Vidéo. L’occasion d’en apprendre davantage sur ce film qui raconte la vie du chanteur de rock chrétien Jeremy Camp.

Lionsgate

Disponible à l’achat en VOD depuis le 4 juin, le film J’y crois encore, porté par KJ Apa (Riverdale) et Britt Robertson (Under The Dome, À la poursuite de demain), arrive aujourd’hui sur la plateforme Amazon Prime Vidéo. L’occasion d’en apprendre un peu plus sur ce biopic musical consacré au chanteur Jeremy Camp, méconnu en France mais véritable star du rock chrétien aux États-Unis…

Une histoire vraie bouleversante dans la veine du Temps d’un automne

Réalisé par Andrew et Jon Erwin (I Can Only Imagine), J’y crois encore s’intéresse à une partie de la vie du chanteur Jeremy Camp, âgé aujourd’hui de 42 ans, et plus précisément à son histoire d’amour avec Melissa Henning, une jeune femme qu’il rencontre alors qu’il entame ses études universitaires et qui deviendra rapidement sa première femme. Peu de temps avant leur mariage, alors qu’ils filent le parfait amour, Melissa tombe malade et apprend qu’elle souffre d’un cancer des ovaires incurable. Malgré l’incompréhension de leurs proches, Jeremy et Melissa décident tout de même de se marier et de lutter ensemble pour affronter cette terrible épreuve. Unis par leur amour et par leur foi inébranlable.

Rythmé par quelques tubes de Jeremy Camp (qui a sorti 11 albums et remporté 5 GMA Dove Awards au cour de sa carrière), dont “I Still Believe” qui donne son titre au film en version originale, J’y crois encore s’inscrit dans la veine de romances bouleversantes et contrariées par le destin et la maladie, telles que Love Story ou Le Temps d’un automne avec Mandy Moore et Shane West. Tout en mettant en avant un versant beaucoup plus religieux puisque le biopic des frères Erwin est très ancré dans la religion chrétienne, à travers la foi de ses personnages. Un aspect qui ne plaira probablement pas à tout le monde mais qui permet d’en apprendre davantage sur le début de la carrière de Jeremy Camp, un chanteur qui a multiplié les succès (32 de ses singles se sont classés numéro 1) dans un genre musical – la musique chrétienne – peu répandu chez nous mais très populaire outre-Atlantique. Dans lequel évolue par exemple la chanteuse Lauren Daigle, à qui l’on doit le tube “You Say”, passé en boucle sur les radios du monde entier ces derniers mois.

Lionsgate

Les retrouvailles de KJ Apa et de Britt Robertson

Pour incarner Melissa Henning-Camp, la production a choisi Britt Robertson, vue récemment dans les séries Girlboss et For The People, qui retrouve pour l’occasion KJ Apa… avec qui elle formait déjà un couple dans le film Mes vies de chien de Lasse Hallström, sorti en 2017 au cinéma. Des retrouvailles qui ont visiblement fait plaisir à Britt Robertson, qui confiait au moment de la sortie du film en mars dernier aux États-Unis au site TooFab : “C’est toujours agréable de pouvoir travailler avec un ami. (…) KJ est un super acteur et mec adorable. C’est un vrai plaisir de jouer avec lui”.

C’est bien KJ Apa qu’on entend chanter dans le film

Ceux qui regardent Riverdale sur Netflix le savent déjà : KJ Apa se débrouille plutôt très bien en chant et pousse régulièrement la chansonnette lorsqu’il incarne Archie Andrews dans la série ado à succès. C’est donc tout naturellement que le comédien néo-zélandais de 23 ans a prêté sa voix aux différentes chansons de Jeremy Camp que l’on entend dans le film pour les besoins de la bande-originale. Un exercice qu’il a qualifié de “terrifiant” au micro de People, avant d’ajouter : “Je suis habituellement très mal à l’aise lorsque je chante. Je suis allé en studio à Nashville – ça s’est fait avant que l’on tourne quoi que ce soit – et ça m’a vraiment aidé à appréhender le film. Avoir une telle qualité de son et savoir exactement à quoi va ressembler la musique avant de se lancer est extrêmement important. Ce genre de situation peut soit rebooster votre confiance en vous et votre moral, soit vous pousser à vous dire “Mon dieu, ça ne s’est pas bien passé, qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire maintenant ?”. Et heureusement pour moi, ça n’aurait pas pu mieux se passer en studio. Je pense que les gens vont adorer”.

Studiocanal GmbH / Michael Kubeisy

Des seconds rôles connus des sériephiles

Autour de KJ Apa et de Britt Robertson, les abonnés de Prime Vidéo reconnaîtront certainement Gary Sinise, l’ex-star des Experts : Manhattan et d’Esprits criminels : Unité sans frontières, et la chanteuse Shania Twain dans le rôle des parents de Jeremy, Tom et Teri Camp. Heather, la soeur aînée de Melissa, est quant à elle incarnée par Melissa Roxburgh, qui depuis deux saisons est l’une des stars de la série de NBC Manifest, diffusée en France sur TF1. Et les sériephiles remarqueront également la présence au casting de Nathan Parsons (The Originals, Roswell, New Mexico) dans le rôle de Jean-Luc Lajoie, un musicien et ami de Jeremy, ainsi que d’Abigail Cowen, l’interprète de Dorcas dans Les Nouvelles aventures de Sabrina, qui apparaît dans quelques scènes du film dans un rôle qu’il vaut mieux ne pas dévoiler.

Une sortie repoussée à cause du coronavirus

Initialement prévu pour arriver en salle en France le 6 mai dernier, J’y crois encore a tout d’abord été repoussé au 27 mai par Saje Distribution, avant de voir sa sortie au cinéma annulée au profit d’une sortie en VOD début juin sur iTunes et Google Play, puis le 26 juin sur toutes les plateformes de VOD, en raison du confinement et de l’épidémie de coronavirus. Une stratégie proche de celle choisie aux États-Unis puisque le film, sorti en salles outre-Atlantique le 13 mars, est devenu disponible en VOD là-bas dès le 27 mars suite à la fermeture des cinémas.

J’y crois encore vu par KJ Apa et Britt Robertson :

 



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


+ 32 = 41