James Bond a vraiment existé d’après les archives polonaises – Actus Ciné


Les archives polonaises viennent de révéler qu’un espion britannique du nom de James Bond était entré sur leur territoire dans les années 60 afin d’infiltrer leurs complexes militaires. Une histoire digne d’un roman de Ian Fleming !

Universal Pictures International France

James Bond a vraiment existé et il s’appelait… James Bond ! L’institut du souvenir national (les archives polonaises) viennent de retrouver des papiers indiquant qu’un espion anglais rattaché à l’ambassade britannique en Pologne le 18 février 1964 se nommait Bond. James Albert Bond. Il s’y faisait passer pour un attaché militaire afin de pénétrer dans les installations de l’armée locale.

En février 1964, l’auteur Ian Fleming créateur du célèbre espion, avait déjà publié 11 aventures de 007 et On ne vit que deux fois était sur le point d’être édité. Au cinéma, le film Docteur No avec Sean Connery était déjà sorti, Bons baisers de Russie aussi (mais pas en France), et à la fin de l’année, Goldfinger allait lui aussi débarquer sur les écrans. Une année chargée en James Bond, donc.

Dans ce contexte, les archives polonaises révèlent que l’arrivée de ce vrai “James Bond” à Varsovie ne passe pas inaperçue. Les officiers du Département II du Ministère de l’Intérieur (chargés du contre-espionnage) placent immédiatement ce James Albert Bond sous haute surveillance, lors d’une opération au nom de code “Samek”.

En conséquent, Bond retourne en Grande-Bretagne dès le 21 janvier 1965, sans avoir vraisemblablement pu  apprendre grand-chose. Toujours selon les archives, il était “loquace mais prudent” et avait un penchant pour la gent féminine. Il ne lui manquait plus que la vodka-martini en boisson préférée !

Sa femme, Jannette Tacchi, a confié au Telegraph qu’elle savait qu’il menait une vie “dangereuse” et faisait des choses “qu’il n’aurait pas dû faire”. Il est décédé en 2005.

Ian Fleming avait raconté avoir emprunté le nom de James Bond à un ornithologue américain dont il admirait le travail (et à qui il est fait référence dans Meurs un autre jour, lorsque Pierce Brosnan se fait passer pour un ornithologue avec en main un livre du vrai James Bond). Fleming avait-il secrètement connaissance d’un véritable espion britannique portant également ce nom ? Nous ne le saurons sans doute jamais avec certitude.

Quant au James Bond de fiction, actuellement incarné par Daniel Craig, il revient le 11 novembre dans les salles avec “Mourir peut attendre” :

 





Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


+ 67 = 73