Ici tout commence : dans les coulisses du spin-off de Demain nous appartient avec Clément Rémiens – News Séries


“Ici tout commence”, la série dérivée de “Demain nous appartient” portée par Clément Rémiens, Vanessa Demouy, et Francis Huster, débutera cet automne sur TF1. Nous nous sommes rendus sur le tournage de ce spin-off culinaire déjà très attendu.

Fabien Malot/Telsete/TF1

D’ici quelques semaines, l’univers de Demain nous appartient va s’agrandir sur TF1 avec le lancement d’Ici tout commence, une série dérivée qui nous plongera dans l’univers de la gastronomie et sera en partie construite autour des personnages incarnés par Clément Rémiens (Maxime), Vanessa Demouy (Rose), et Frédéric Diefenthal (Antoine). Faisant ainsi de Demain nous appartient le premier des trois feuilletons quotidiens français actuels à donner naissance à un spin-off.

“Le succès de Demain nous appartient a motivé en grande partie l’envie de se lancer à nouveau dans l’aventure du feuilleton quotidien et d’en lancer un second”, expliquait lundi dernier Anne Viau, la directrice artistique de la fiction de TF1, lors d’une visite organisée sur le tournage de ce nouveau pari très ambitieux qui compte également Francis Huster, Catherine Marchal, Elsa Lunghini, et Catherine Marchal parmi ses stars. “L’idée étant de créer une heure de fiction quotidienne cohérente en access prime-time sur TF1. (…) Nous voulons offrir le meilleur à nos téléspectateurs, une qualité de prime-time. Que ce soit en termes d’image, de casting. Chez TF1 on aime s’entourer d’un casting prestigieux, avec des talents confirmés, comme Francis Huster, Vanessa Demouy, et Frédéric Diefenthal. Des jeunes talents confirmés aussi, comme Clément Rémiens autour de qui on a construit cette série. Et aussi, à l’instar de Demain nous appartient, ce qu’on aime faire c’est créer toute une pépinière de talents, de jeunes comédiens, que vous allez découvrir et que vous allez apprendre à aimer. Comme vous avez pu découvrir à l’époque Solène Hébert et Clément Rémiens”. Et effectivement, si l’on en croit le premier épisode d’Ici tout commence, que nous avons pu découvrir en avant-première lors de cette journée marathon, vous allez très certainement tomber sous le charme d’Enzo, d’Anaïs, de Salomé, de Noémie, ou encore de Louis, campés par Azize Diabate, Julie Sassoust, Aurélie Pons, Lucia Passaniti, et Fabian Wolfrom. Pour ne citer qu’eux.

La cuisine, un terrain de jeu inédit dans l’univers du soap

Attendue avant la fin de l’année sur TF1, Ici tout commence a commencé à germer dans la tête des producteurs Vincent Meslet et Sarah Farahmand il y a maintenant un an et demi, lorsque TF1 et Anne Viau leur ont suggéré d’imaginer un feuilleton dérivé qui raconterait le destin du personnage incarné par Clément Rémiens. Et tout le monde s’est très vite mis d’accord sur un élement très important : il fallait proposer quelque chose de très différent aux téléspectateurs, tout en se servant bien évidemment du savoir-faire acquis sur Demain nous appartient. “On a construit Ici tout commence comme la petite sœur”, explique Sarah Farahmand, productrice historique de Demain nous appartient qui a quitté ses fonctions sur la série mère en début d’année pour chapeauter le spin-off.

“La plus grosse différence c’est qu’Ici tout commence se déroule dans un lieu unique, là où Demain nous appartient se déroule dans la ville de Sète. On a choisi d’avoir une arène principale. Une arène suffisamment riche pour qu’il y ait plein d’histoires d’amour, de vengeances, de secrets. L’école de cuisine ça mous permettait d’avoir des valeurs de transmissions de générations. Et la cuisine ça concerne pratiquement tout le monde. Et c’est traité comme une passion. Un sentiment d’exaltation qui va irriguer dans toutes les histoires qu’on va raconter. On a visité beaucoup d’écoles hôtelières, qu’elles soient assez prestigieuses comme l’Institut Paul Bocuse à Lyon, ou qu’elles soient un peu plus classiques, lycées professionnels ou CAP. Pour comprendre comment tout ça fonctionnait. Et le mot qui revenait à chaque fois c’était la passion. (…) La cuisine est un peu traitée comme une compétition sportive. Chacun veut être le meilleur, vise à devenir étoilé, et tout ça crée des intrigues qu’on ne traitait pas forcément dans Demain nous appartient. Des success story on en a eu évidemment mais ce n’était pas le ressort principal. Alors que là on a des destins individuels dans les personnages qui, a priori, vont inspirer les téléspectateurs et vont leur donner envie d’être à la place de nos héros”.

Fabien Malot/Telsete/TF1
Julie Sassoust, alias Anaïs, l’une des jeunes comédiennes d’Ici tout commence.

En choisissant de raconter le quotidien des élèves et des professeurs d’une école hôtelière prestigieuse ayant pour vocation de former les futurs grand noms de la cuisine, TF1 souhaite donc s’emparer d’un sujet très français – la gastronomie – afin de parler au plus grand nombre. Mais l’idée est également de mettre en avant des valeurs importantes, telles que la transmission et le mérite. “Nous avons été emballé par l’idée d’une série autour de l’enseignement”, renchérit Anne Viau. “Qui va nous permettre de véhiculer des valeurs très fortes. Que ce soit l’envie d’apprendre, l’école du mérite, le travail, et tout ce qui est lié au bien manger, à l’origine des produits. (…) Dans ces écoles, on retrouve des jeunes gens qui ont commencé à travailler très tôt, à 14 ans parfois, et qui connaissent le sens du mot travail, du mérite. Ce sont de jolies valeurs qui sont aujourd’hui de plus en plus au cœur des préoccupations. Et la cuisine mène à plein de débouchés différents et reflète une diversité de la société qui nous intéressait”. Mais pas de panique, Ici tout commence n’est pas Top Chef pour autant et reste un soap. Les histoires d’amour, les trahisons, les secrets de famille, et autres mystères seront donc bien au rendez-vous. Et ce dès le premier épisode !

Un décor 100% naturel à couper le souffle

Pour donner vie à l’institut Auguste Armand, qui porte le nom du chef étoilé incarné par Francis Huster, Telfrance et TF1 ont posé leurs caméras au château de Calvières, situé à Saint-Laurent-d’Aigouze, dans le Gard. Un petit village rebaptisé Calvières dans la série qui, d’ici quelques semaines, pourrait bien voir sa tranquillité perturbée par une nuée de fans accros aux nouvelles aventures culinaires de Maxime Delcourt. Dès notre arrivée lundi 28 septembre sur ce lieu de tournage pas comme les autres, un constat s’impose : ce décor 100% naturel est une vraie plus-value pour le nouveau feuilleton quotidien de TF1, et la magie de ce château transformé en campus opère instantanément. Six mois de travaux, initiés en début d’année, ont été nécessaires pour construire à l’intérieur du château de Calvières (qui accueillait auparavant des mariages ou des réceptions) une cuisine digne des plus grands, un restaurant d’application, des appartements pour certains des héros, les chambres des élèves, ou encore le bureau partagé par les personnages interprétés par Francis Huster, Frédéric Diefenthal, et Bruno Putzulu, respectivement fondateur, directeur, et directeur adjoint de l’institut.

“Même si le château était en très bon état, il fallait qu’il puisse devenir le décor de notre école”, confie Sarah Farahmand au cours de la visite guidée des lieux à laquelle ont droit la poignée de journalistes conviés à Saint-Laurent d’Aigouze ce jour-là. “Le restaurant, avant c’était une piscine. La cuisine c’était une salle de danse. (…) On a trois espaces cuisine au sein du château. La cuisine de jeu, que l’on voit à l’écran et qui est fonctionnelle. On peut cuire dedans et préparer tout ce qu’on veut. Il y a un espace cuisine, un espace pâtisserie, et un espace plonge. Juste en face on a une cuisine de préparation, dans laquelle on ne fait que dresser et qui est réservée à l’accessoiriste culinaire. C’est là qu’on prépare les plats qu’on va voir à l’écran. Et enfin on a une vraie cuisine pro, qu’on ne voit jamais, avec toutes les cellules nécessaires pour cuisiner en grande quantité et préparer les différents plats en amont”. Des aménagements de pointe qui prouvent que la cuisine n’est pas qu’un prétexte dans Ici tout commence et que l’institut Auguste Armand sera bel et bien un personnage à part entière de la série. D’ailleurs, c’est le chef du restaurant Le Mazet sous les platanes, situé à Aimargues, non loin de là, qui sert de chef référent sur le tournage et a formé tous les comédiens aux gestes de la cuisine. Pour toujours plus de réalisme et d’authenticité.

Fabien Malot/Telsete/TF1
Le château de Calvières, qui sert de décor principal à la série.

Passés les décors intérieurs empreints d’une féérie envoûtante et l’immense piscine extérieure qui trône au beau milieu de la cour et promet déjà de belles intrigues estivales l’année prochaine pour les héros d’Ici tout commence, direction le parc de 4 hectares qui, avec ses aménagements sportifs, ses espaces détente, ou encore son potager et sa serre tout ce qu’il y a de plus réels, donnent un vrai aspect de campus à cette école de cuisine qui sert d’univers-monde à la série. “Dans le parc nous avons également fait beaucoup d’aménagements”, poursuit Sarah Farahmand. “Il fait 4 hectares donc il fallait qu’on s’en serve pour raconter des histoires. On sait de par l’expérience Demain nous appartient que si on veut penser à long terme il faut que chaque décor raconte quelque chose et ait son identité propre”. Bref, si 80% des séquences d’Ici tout commence sont tournées au château de Calvières, tout ne se passera pas à l’intérieur des murs de l’école, et Maxime, Enzo, Anaïs et les autres devraient également s’aimer et se déchirer dans l’immense parc de l’institut, visuellement très cinématographique, entre deux cours de sport ou deux séances de jardinage dans le potager. Le “décor signature” de la série, selon Sarah Farahmand, qui a achevé de convaincre la production de poser ses valises ici pour cette nouvelle aventure. Quand aux 20% restants de la série, ils sont tournés dans les alentours, notamment pour des scènes de rue, mais aussi et surtout dans un autre décor récurrent, les marais salants d’Aigues-Mortes, où deux familles habitent, dont celle du personnage de Terence Telle, que l’on découvrira à l’écran au bout de quelques épisodes. “C’est un décor qui nous sert de promenade et de lieu extérieur pour les élèves. C’est vraiment la Camargue de carte postale, avec les étangs rose, la plage, les flamants roses. C’est très instagramable. C’est un univers très différent, à 10 minutes en voiture, mais ça permet d’aérer les épisodes”.

Maxime Delcourt, de lycéen (presque) sans histoires à futur Meilleur Ouvrier de France ?

À ce jour, la date de lancement d’Ici tout commence, dont le tournage a débuté en juillet, reste bien gardée par TF1. Mais une chose est sûre : la série sera à l’antenne d’ici quelques semaines puisque l’école était décorée aux couleurs de Noël lors de notre visite des décors. À ce jour, 10 épisodes sont déjà prêts à être diffusés et les fans de Demain nous appartient ont pu découvrir il y a quelques jours quelques visages de ce nouveau feuilleton, introduits au compte-gouttes depuis une semaine dans la série mère afin de permettre de justifier et d’amener en douceur les départs de Maxime, Rose, et Antoine de Sète vers Calvières. “Auguste Armand, joué par Francis Huster, débarque à Sète pour convaincre sa fille et son gendre de le rejoindre dans son institut”, tease Sarah Farahmand au sujet des intrigues de Demain nous appartient qui vont lancer le spin-off. “Auguste veut moderniser l’endroit et reconstituer sa famille. Donc on va suivre leur départ dans Demain nous appartient et leur arrivée dans Ici tout commence. Et dans une autre intrigue, Maxime va avoir un coup de foudre pour Salomé, une jeune fille avec qui il va s’initier à la cuisine. Il trouve enfin sa voie. On l’a beaucoup vu chercher sa voie, chercher sa place dans la famille. Professionnellement, il n’a jamais su où il voulait aller. Et là, il trouve l’amour et sa vocation. Et quand il arrive il se dit qu’il va devoir tout donner pour réussir un concours qu’on va montrer très sélectif au cours de la première semaine de diffusion. (…) Et au début de la série on suit son regard émerveillé sur cet endroit”.

Et si Maxime était l’élement central de cette série dérivée avant même que l’univers de la cuisine ait été arrêté par la production et le directeur de collection Eric Fuhrer, l’arrivée de Rose Latour et d’Antoine Myriel, campés respectivement par Vanessa Demouy et Frédéric Diefenthal depuis 2018 et 2019, s’est rapidement imposée comme une évidence selon la productrice d’Ici tout commence. “Concernant les trois personnages qui étaient dans Demain nous appartient auparavant, on avait l’impression que chacun pouvait apporter une couleur différente à la série. Antoine, de par son poste de proviseur, c’était assez naturel. Le faire venir dans un univers d’étudiants c’était assez simple pour nous. Avec Rose, ils formaient un couple qui, pour nous, était emblématique et qui avait encore beaucoup de choses à vivre car en fin de compte ils se sont mis ensemble récemment. Donc on pouvait leur faire vivre de nouvelles aventures. Et est venue ensuite l’idée de relier Rose à l’univers de la cuisine par sa famille. Et pour le personnage Maxime, nous n’avions volontairement pas vraiment trouvé ce qu’il allait faire après le bac. Et finalement tout ça concordait bien. Ce n’était pas tiré par les cheveux de les faire venir dans cet univers-là. Chacun avait une raison propre – familiale, professionnelle, ou scolaire – de venir à l’institut Auguste Armand”.

Fabien Malot/Telsete/TF1
Francis Huster et Agustin Galiana en plein tournage d’Ici tout commence.

Propulsé star du petit écran grâce à Demain nous appartient, Danse avec les stars, et Pour Sarah, Clément Rémiens hérite donc ainsi de “sa” série à seulement 22 ans, même s’il s’empresse de rappeler qu’Ici tout commence est avant tout une série chorale et Maxime n’était qu’un point de départ. Mais le jeune comédien, qui impressionne encore une fois dans le premier épisode que nous avons eu la chance de voir, se dit en tout cas ravi de ce nouveau défi. “Je n’ai pas réfléchi longuement avant d’accepter. J’étais très content qu’on me propose cette série. Ça voulait dire que le public était très attaché à Maxime et que la production me faisait confiance. C’est inespéré, c’est un peu comme si Maxime passait du 2D au 3D (rires). C’est le même personnage mais je ne sais pas comment il va évoluer. C’est une très belle aventure qui commence et je suis ravi d’être accompagné de jeunes acteurs comme moi”. Et si Maxime va évidemment nouer des amitiés fortes avec ses camarades (et notamment avec Enzo incarné par Azize Diabate), il va aussi se retrouver étroitement lié au grand chef interprété par Francis Huster puisque, comme le souligne Vincent Meslet, “[Ici tout commence] construit la transmission d’Auguste Armand à Maxime, qui va sûrement devenir le futur Meilleur Ouvrier de France”.

Un Francis Huster qui n’avait plus tourné pour la télévision depuis 2006 et qui ne cache pas son enthousiasme face à cette nouvelle aventure du feuilleton quotidien. “Le casting de cette série est absolument magnifique”, lance la star de Terre Indigo et de Zodiaque en pleine conférence de presse. “Quand on m’a proposé ce rôle je n’ai pas hésité une seconde car j’ai eu l’impression que c’était pour moi la même responsabilité que Jouvet dans Entrée des artistes. La possibilité de me retrouver avec une troupe de jeunes magnifiques et de leur apporter tout mon acquis pour que ces acteurs hissent la qualité de cette série au niveau des plus belles séries de Netflix. (…) C’était mon devoir de venir sur cette série. Le personnage d’Armand est magnifique, c’est comme Brando dans Le Parrain. Une série comme celle-là, qui va tous les jours faire 3 ou 4 millions de téléspectateurs, je pense qu’avec tout ce qui se passe actuellement, avec le Covid notamment, elle va hisser les gens et leur permettre de croire à nouveau à la vie. (…) Ce que je vois là, c’est un énorme lieu de tournage, somptueux, où les comédiens sont dans des situations magnifiques. Je n’ai jamais vu un tournage de cette qualité-là. Les réalisateurs font un travail d’exception. Pour moi cette série n’a rien à envier aux séries américaines”.

Pour dynamiser et féminiser la case horaire précédant celle de Demain nous appartient, TF1 a-t-elle trouvé sa recette miracle avec Ici tout commence ? Un programme multigénérationnel qui saura fidéliser les fans des aventures sétoises des Delcourt et des Vallorta, et parviendra, en même temps, à attraper un nouveau public grâce au parcours initiatique de Maxime et de ses camarades ? Réponse dans quelques semaines.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


+ 25 = 30