Hibernatus sur France 2 à 14h : pourquoi les relations entre de Funès et le réalisateur étaient si mauvaises ? – Actus Ciné


“Hibernatus” (1969) est diffusé cet après-midi sur France 2. Pour l’occasion, retour sur les relations très difficiles entre Louis de Funès et le réalisateur Edouard Molinaro.

Dans Hibernatus, second film réalisé par Edouard Molinaro porté par Louis de Funès après Oscar (1967), le corps d’un homme hiberné dans un bloc de glace est retrouvé au Groenland. Victime d’un naufrage en 1905, Paul Fournier, vingt-cinq ans, est en parfait état. Il rencontre sa descendance et cela ne ravit pas tout le monde… A l’occasion de la diffusion de cette comédie cet après-midi sur France 2, retour sur les relations très tendues entre le cinéaste et son acteur principal.

Capture d’écran

Louis de Funès et Edouard Molinaro ont entretenu des rapports on ne peut plus ombrageux, que ce soit sur le tournage d’Oscar ou d’Hibernatus. Le réalisateur était en effet plus enclin à équilibrer les scènes entre sa star et ses partenaires plutôt que polariser son film sur celle-ci. Cette situation a donné lieu à plusieurs altercations sur les tournages, à tel point que le producteur Alain Poiré, président de Gaumont, a dû intervenir pour calmer le jeu.

Autre problème lié à l’ego de Louis de Funès et à la volonté d’Edouard Molinaro de ne pas se laisser faire : le metteur en scène n’était pas du genre à forcer le rire lorsque le comédien faisait ses pitreries devant sa caméra, ce qui ne lui plaisait pas du tout (lui qui aimait par dessus tout savoir que son “public” était acquis…). Dans Oscar par exemple, de Funès s’est longuement fait prier pour livrer son fameux morceau de bravoure, la “tirade des nez”.

Louis de Funès : 5 choses à savoir sur le maître de l’humour

Dans un entretien accordé à Télérama, en 2013, Edouard Molinaro avait raconté qu’il avait accepté de faire Hibernatus pour que Gaumont ne le prive pas de réaliser un projet qui lui tenait à coeur : Mon oncle Benjamin. Compte tenu du succès d’Oscar (6,1 millions d’entrées !), la célèbre société avait en effet beaucoup insisté pour qu’il fasse une autre comédie avec de Funès. Mais cette seconde collaboration avec l’acteur s’est avérée encore plus conflictuelle que la première :

“Un cauchemar dès l’écriture du film. Nous avons fait huit scénarios, que de Funès a refusés les uns après les autres. Pire que ça : nous avons commencé le tournage sur la huitième adaptation, ou la neuvième, et, au bout de huit jours, il a décidé de revenir à… la première ! C’était une star, il était le patron. Le tournage a été très tendu, en situation de paix armée. (…) Comme cela se passait mal, j’ai voulu partir avant la fin du tournage. C’est Louis qui a voulu que je reste. J’étais prisonnier.”*

Ad Astra et 12 films qui vous font réviser votre latin

Durant sa carrière, Louis de Funès est souvent entré en conflit avec des réalisateurs, producteurs, acteurs et autres membres de l’équipe technique. En témoignent par exemple ses relations houleuses avec Gérard Oury sur le tournage du Corniaud, où il s’était entêté à jouer de la manière la plus neutre possible parce qu’il considérait que Bourvil était trop mis en avant. Autres cinéastes avec qui le comédien avait des rapports difficiles : Serge Korber, Robert Dhéry, etc.

Dans cette même interview présente dans Télérama, Edouard Molinaro avait toutefois conclu : “Plus tard, sur le tournage de Mon oncle Benjamin, j’ai perdu ma femme, qui s’est tuée en avion. Louis est venu à l’enterrement, il a été charmant. En fait, avec de Funès, nous formions un couple difficile, nous avons enfanté dans la douleur, mais nos bébés ne sont pas trop loupés.”

* Article paru le 12 janvier 2013 dans le hors-série Télérama “Louis de Funès” (entretien réalisé par Guillemette Odicino)

Voir le diaporama

Diaporama

Quiz Louis de Funès : connaissez-vous les noms de ses personnages ?

17 photos



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


1 + 1 =