Hartley, coeurs à vif sur MYTF1 : une série ado culte des années 90 à (re)découvrir – News Séries à la TV


Belle idée de la plateforme gratuite MYF1 : mettre en ligne l’intégralité de la série ado culte des années 90, “Hartley, cœurs à vif”. Si vous aimez “Skam” ou “13 Reasons Why”, on vous conseille de jeter un œil à ce petit bijou ! Voilà pourquoi…

L’une des meilleures séries ado des années 90 n’est pas américaine mais australienne ! Et elle est franchement rock’n’roll, à l’image de son générique, dont tout ceux qui l’ont suivie sur France 2 à l’époque se souviennent forcément tant c’était un shot d’énergie au goûter. Au lycée d’Hartley dans la banlieue de Sydney, les élèves ne sont pas tous beaux, riches et intelligents. Ils ne sont pas tous blancs et propres sur eux non plus. Ils sont d’origine diverses et variées (vietmamienne, grecque, sud-américaine…), en adéquation avec leur pays qui a fait l’objet de vagues d’immigration successives. Et ça, pour l’époque, c’est très avant-gardiste. 

Ils sont gothiques, grunge, hippies ou lookés surfeurs bronzés. Ils sont parfois très singuliers. Et ils ont des problèmes. De vrais gros problèmes. D’argent, de coeur, de famille. Certains sont même carrément des cas sociaux. Et ils étudient, vraiment. Les professeurs et proviseurs successifs ont d’ailleurs une place à part entière dans les intrigues. Bref, ces héros galérent et sont tout sauf des privilégiés. Rafraîchissant au coeur des années 90 où l’adolescence a tendance à être idéalisée et lissée dans les séries pour vendre un peu de rêve aux téléspectateurs. Les autres séries phares du genre sont alors Beverly Hills et… Hélène et les garçons. Un bouleversement, donc, qui permet une plus grande identification pour les jeunes téléspectateurs. 

Hartley, coeurs à vif, contrairement à ce que son titre laisse suggérer, (en VO aussi : Heartbreak High) repose finalement peu sur les histoires d’amour mais davantage sur les clashs de générations et de cultures, et s’avère bien plus politique qu’elle n’y paraissait au premier abord, n’hésitant pas à traiter de sujets alors tabous (l’homosexualité, l’avortement…) avec finesse. On retient quand même quelques couples et personnages mythiques, comme Drazic et Anita, ou Nick et Jodie, qui ont passionné des millions d’ados. Ainsi, durant 7 saisons et 210 épisodes, qui ont vu défiler plusieurs générations d’élèves et de professeurs, Hartley a su raconter une jeunesse et un pays avec réalisme, justesse et beaucoup d’amour pour ses personnages. L’excellente bande originale venait sublimer l’expérience, entre tubes pop/rock et morceaux indés plus confidentiels. 

Avant de devenir de véritables vedettes, certains acteurs australiens ont joué de petits rôle dans Hartley, Coeurs à Vifs. Parmi eux, on compte Rose Byrne, l’héroïne de Damages, qui avait alors 19 ans. Avant de connaître le succès avec John Doe et surtout Prison BreakDominic Purcell a fondu pour la belle Anita dans le rôle du policier Todd Gillespie. Quant à Simon Baker, la star du show The Mentalist, il a interprété le professeur Tom Summers avec qui Allie entretient une relation amoureuse…

Hartley, coeurs à vif est l’adaptation de la pièce The Heartbreak kid, écrite par un professeur de Sydney ! Ecrite en 1987, elle a été remarquée par Ben Gannon qui a, alors, décidé d’en faire un film. Co-réalisé par Michael JenkinsThe Heartbreak Kid sort sur les écrans en 1993. On y trouvait déjà les personnages de la famille Poulos (Nick, Effie, George, etc.) ou encore Southgate et Rivers. A ce moment, Alex Dimitriades (Nick) Scott Major (Rivers) et Katerine Halliday (Rose, nommée Maria dans le film) apparaissaient déjà au générique.

Le générique vibrant d’Hartley, coeurs à vif. La série est disponible en intégralité sur MYTF1.

 



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


5 + 2 =