Guadeloupe – Utilisation illicite d’une molécule pour faire jaunir les bananes plantains


Des prélèvements réalisés par les autorités sur les bananes plantains de Guadeloupe ont « mis en évidence une utilisation illicite » de l’éthéphon, un activateur de croissance, sur « 10 % des échantillons analysés », a indiqué mercredi la préfecture.

La direction générale de la Santé, suivant un conseil de l’Anses (agence nationale de sécurité sanitaire), préconise de ne pas consommer de bananes soumises à l’application de l’éthéphon. Ce phytorégulateur, utilisé pour accélérer la maturation de certains fruits, n’est autorisé en Martinique que pour la culture de l’ananas, afin d’en accélérer la floraison.

L’enquête, pour « vérifier le bon usage » du produit sur le territoire, a été lancée par les services de l’Etat, « après la découverte, en Martinique, de lots de bananes plantains traités à l’éthéphon » à la fin du mois d’août.

La dose relevée reste néanmoins « inférieure » à la dose de référence qui définit la quantité maximum de substance qui peut être ingérée par le consommateur durant une courte période sans risque, a précisé la préfecture de Guadeloupe dans un communiqué. Il a tout de même « été décidé par les autorités d’étendre la surveillance du marché », a-t-elle ajouté.

L’enquête continue « afin d’identifier les circuits commerciaux ayant permis l’usage illicite de ce produit, et les responsables de cette pratiques », poursuit la préfecture.

La « détention de ce produit en vue d’un usage illicite » relève d’une « pratique commerciale trompeuse », passible de deux ans de prison et d’une amende de 300 000 euros, ajoute-t-elle.

Début octobre, en Martinique, des saisies et des interpellations ont eu lieu suite à la découverte de l’utilisation d’éthéphon et l’enquête se poursuit « aux fins de démanteler le réseau », a indiqué la procureure de Fort-de-France.

Lire aussi article :  Une première levée de fonds pour LN Markets - Entretien avec Romain Rouphael

En Guyane, les services de l’Etat ont également lancé une campagne de détection de ce produit sur les bananes plantains.

La Guadeloupe et la Martinique restent marquées par le scandale du chlordécone: ce pesticide utilisé dans les champs de bananes des Antilles jusqu’en 1993 a causé une contamination importante et durable des terres et des populations.



Source link