Eva Koťátková transforme le CAPC en théâtre d’histoires fragiles


Dès l’entrée, chacun est invité à prendre une carte du lieu. Certaines zones sont colorées de rose, signalant qu’elles sont appropriables par les visiteurs, qui peuvent s’y asseoir et s’y installer. Originaire de Prague et remarquée à la Biennale de Venise en 2013, Eva Koťátková (née en 1982) a réparti dans l’espace des costumes, des décors, mais aussi différents accessoires drolatiques ou mélancoliques, comme des pilules de médicament disproportionnées ou encore des panneaux de manifestation clamant : « Je rêve d’un corps qui a de nombreuses peaux à disposition », « J’ai toujours ressenti l’amour sous de nombreuses et différentes formes » ou encore « How is it really possible to express your defiance or disapproval when your body is confined in bed ? » (« Est-il réellement possible d’exprimer sa défiance ou son désaccord lorsque son corps est confiné dans son lit ? »).

et accédez à Beaux Arts Magazine
et à tous les contenus web
en illimité à partir de 5,75€ / mois



Source link