Eric Dupond-Moretti chez Lelouch : le Garde des Sceaux acteur dans Chacun sa vie ce soir sur France 2 – Actus Ciné



Le ténor du barreau Eric Dupond-Moretti incarne un président de cour d’assises dans le dernier film de Claude Lelouch, Chacun sa vie. Le néo Garde des Sceaux n’en est pas à son premier rôle au cinéma.

Eric Dupond-Moretti a récemment fait couler beaucoup d’encre en raison de sa nomination comme Garde des Sceaux au sein du gouvernement. Cette nouvelle fonction met un terme temporaire à sa carrière d’avocat… mais aussi de comédien.

En effet, celui que l’on surnomme “Acquittator” n’a pas uniquement fait trembler les prétoires, il a aussi fait résonner sa voix de ténor du barreau au cinéma. C’est en 2013 que Dupond-Moretti fait ses premières armes sur grand écran. Il interprète son propre rôle dans Les Salauds de la réalisatrice Claire Denis.

Porté par Vincent Lindon, le long-métrage raconte l’histoire de Marco Silvestri, Commandant, à bord d’un supertanker. Ce dernier doit rentrer d’urgence à Paris, abandonner le navire. Sa sœur Sandra est aux abois… son mari suicidé, une entreprise en faillite et sa fille unique à la dérive. Sandra désigne le coupable : l’homme d’affaires Edouard Laporte. Marco loue un appartement dans l’immeuble où Laporte a installé sa maitresse et leur fils. Mais Marco n’avait pas prévu les secrets de Sandra, qui brouillent la donne…

La même année, l’Ogre du Nord tient le rôle principal du court-métrage Vos Violences d’Antoine Raimbault. Il y joue un avocat possédant la présomption d’innocence chevillée au corps. Il subit avec sa fille une violente agression. L’homme se retrouve alors pour la première fois de sa vie au cœur d’une procédure judiciaire en tant que victime. Un suspect est rapidement arrêté, qu’il faut identifier. Mais le père n’a rien vu et refuse de jouer le jeu de la police.  Pourtant, il a tant besoin de savoir. Dans la tourmente, un combat intérieur s’engage. Mais qui, du père dans la douleur ou de l’avocat cramponné à ses valeurs, finira par l’emporter ?

ITV pour le magazine “Histoires courtes” sur France 2 from Antoine Raimbault on Vimeo.

 

En 2016, le ténor du barreau s’invite à la télévision dans L’Affaire de Maître Lefort. Il y incarne à nouveau un avocat. Le téléfilm est écrit et interprété par Patrick Sébastien, qui a demandé spécifiquement à Eric Dupond-Moretti de venir jouer ce rôle. Diffusée le 9 novembre 2016, l’oeuvre est un succès d’audience avec 4 millions de téléspectateurs.

L’année suivante, Dupond-Moretti est de retour au cinéma dans Chacun sa vie, réalisé par son ami Claude Lelouch. Encore une fois, il interprète un rôle proche de lui, un Président de Cour d’Assise. Ce dernier va tomber amoureux d’une prostituée campée par Béatrice Dalle. Nous avions rencontré le célèbre avocat à l’occasion de la promotion du film. Il est notamment revenu sur ces parenthèses cinématographiques dans sa vie mouvementée de ténor des prétoires. Vous pouvez visionner l’interview dans la vidéo ci-dessous.

 

Eric Dupond-Moretti joue ensuite son propre rôle dans la comédie Neuilly sa mère, sa mère (2018). En 2019, le pénaliste est incarné pour la première fois à l’écran par un autre acteur, Olivier Gourmet, dans Une Intime conviction. Ce film, qui revient sur la médiatique affaire Suzanne Viguier, est mis en scène par Antoine Raimbault, qui avait dirigé Moretti dans le court-métrage Vos Violences, évoqué plus haut. La même année, sa voix caverneuse envahit le Théâtre de la Madeleine dans un seul sur scène intitulé Éric Dupond-Moretti à la barre, co-écrit avec Hadrien Raccah et mis en scène par Philippe Lellouche.

La nouvelle fonction d’Acquittator au sein du gouvernement Castex met un terme temporaire à sa carrière d’acteur, ce qui désole son complice Claude Lelouch. Ce dernier comptait bien lui offrir un nouveau rôle dans sa prochaine oeuvre, L’Amour, c’est mieux que la vie. “Je l’adore et je l’admire, on est plus que copains. La justice avait besoin d’un homme comme Éric Dupond-Moretti. Je suis heureux qu’il occupe ce poste, il y est à sa place. Je perds un acteur fabuleux. Même si je me dis qu’un jour je vais le récupérer, d’une manière ou d’une autre. Il tenait un rôle important dans mon prochain long-métrage. Ce ne sera pas facile de lui trouver un remplaçant, a confié le réalisateur au JDD, ajoutant que Bernard Tapie n’était pas exclu pour le rôle.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


42 + = 45