Ép. 5 Dans la constellation des femmes de l’abstraction


Vassily Kandinsky, père spirituel de l’abstraction ? Détrompez-vous : au commencement de cette révolution de l’art était une femme. Car avant lui, une peintre explorait déjà les voies de l’abstraction. Son nom : Hilma af Klint (née en 1862). Dès 1906, celle-ci peignait, dans la solitude de son atelier, des tableaux colorés peuplés de symboles cryptiques. Des toiles immenses, influencées non pas par les avant-gardes européennes avec qui l’artiste solitaire n’a jamais eu aucun contact, mais par des courants de pensées théosophiques russes… Son travail, elle ne l’a d’ailleurs montré qu’à quelques proches et, à sa mort, en 1944, elle avait fait promettre à son neveu de ne pas exposer ses toiles avant vingt ans. Il faudra finalement attendre quatre décennies pour que l’immense talent de cette pionnière ne soit redécouvert. En 1986, à l’occasion de l’exposition « The Spiritual in Art, Abstract Painting, 1890–1985 » au LACMA (Los Angeles County Museum of Art), Hilma af Klint est enfin révélée au public aux côtés de Mondrian, Kandinsky et Malévitch.

et accédez à Beaux Arts Magazine
et à tous les contenus web
en illimité à partir de 5,75€ / mois



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


+ 13 = 21