enfin le bout du chemin ?



Dévoilé avec grande fierté à l’E3 2017 avant de tomber dans l’enfer du développement jusqu’à causer trois reboot et des reports à la pelle, Skull & Bones devrait enfin tenir la bonne, le toujours très renseigné Tom Henderson d’Eurogamer déclarant selon ses sources proches du dossier que le titre devrait enfin lancer sa bêta interne début 2022, donnant espoir d’un retour dans l’actualité dans les mois à venir.

On rappelle que selon ce même Henderson, ce qui n’était au départ qu’un jeu de batailles navales en 3V3 s’est peu à peu muté en jeu à service à plus grande échelle avec les infos suivantes :

– Il y aura 5 niveaux de navire (petits, moyens, grands…)

– Répartis en 3 catégories (combat, exploration et transport)

– Le déverrouillage des navires se fait via un système de plan à se procurer dans les colonies

– Outre les plans, il faudra évidemment les matériaux pour lancer la construction

– Comme d’habitude, il y aura un certain sens de l’équilibre : un gros navire est généralement plus puissant mais les plus petits sont plus agiles et peuvent explorer des endroits plus exigus

– Chaque navire a un nombre prédéterminés de canons mais vous pourrez lancer des améliorations et ajouter d’autres armes (lance-flammes, mortiers…) sans parler des différents types de munitions

– Il y aura énormément d’options de personnalisation, aussi bien dans les skins que les choses utiles

– Le cadre devrait se situer dans l’océan Indien

– Vous démarrez le jeu avec « rien », ou plutôt un simple radeau avant d’obtenir un bateau de pêche qui ouvrira vos premières étapes d’exploration

– La progression se fera à coups de quêtes à accomplir pour augmenter votre réputation, collecter des ressources et petit à petit obtenir votre premier bateau pirate

– Il sera possible de piller d’autres navires, des colonies, des forteresses…

– Vue à la première personne à bord du navire, troisième quand vous êtes sur terre

La sortie serait quant à elle prévue pour 2023, soit donc 6 ans après l’annonce initiale.



Source link