Des scooters roulant avec des cartouches d’hydrogène


Les scooters de chez Mob-ion sont propulsés à l’hydrogène. Comme tous les autres véhicules de ce type – vélos, voitures, bus, trains, bateaux, avions… -, le couplage de l’hydrogène et d’une pile à combustible produisent l’énergie électrique qui va alimenter le moteur. Pas de bruit, pas d’émissions de gaz à effet de serre comme les moteurs thermiques ou à combustion, mais seulement de l’eau.

De l’eau ? En effet, la molécule d’hydrogène va se combiner à l’oxygène capté dans l’air ambiant dans la pile à combustible. Cette opération dite d’« électrolyse inverse » produit de l’électricité grâce aux mouvements des électrons qui entrent en jeu. Résultat de ce mariage : de l’eau et, bien sûr, de l’électricité.

Déclipsage de cartouche à hydrogène sur un scooter Mob-ion

Écologiques, les scooters Mob-ion ont une spécificité en plus. Ils utilisent des cartouches amovibles d’hydrogène vert – produits par des énergies décarbonées  – de la taille d’une grosse canette, très facilement remplaçables qu’il suffit de déclipser-clipser en quelques secondes.

Il n’est pas besoin de faire le plein dans une station de recharge, il vous suffit de vous rendre à un des distributeurs automatiques dédiés. Un peu comme si vous alliez acheter des canettes de boisson. Les scooters embarquent 2 à 3 cartouches selon le modèle, chacune représentant une autonomie de 15 kilomètres.

Une cartouche peut se recharger des milliers de fois. Sa durée de vie est estimée à plus de dix ans. En fin de vie, elle peut être entièrement recyclée.

Pérennité programmée

Les cartouches ne sont pas seules à être entièrement recyclables. Les scooters Mob-ion sont recyclés dans leur intégralité en fin de vie. Un choix technologique du président de Mob-Ion, Christian Bruère, qui puise sa conception d’entreprise dans la vision holistique d’Antoine de Saint-Éxupéry. « Nous sommes emportés par la même planète, équipage d’un même navire », aime à citer de l’explorateur français, le président de Mob-Ion. La société se positionne sur deux marchés : la mobilité légère et le stockage d’énergie

Chez Mob-Ion, « nous croyons à autre chose que l’économie linéaire de la consommation, de l’obsolescence programmée, de l’alimentation fossile de notre réseau énergétique », nous livre ce défenseur convaincu d’une économie circulaire.

C’est ce qui l’a conduit à développer son concept de « pérennité programmée », le contre-pied de l’obsolescence programmée. L’électronique embarquée ne va pas programmer une fin de vie du produit mais bien au contraire le faire durer le  plus longtemps possible en optimisant au mieux les performances et le retour d’expérience . « C’est la prise de conscience de la nécessité de gérer les ressources de la planète qui a inspiré la création de Mob-Ion », précise Christian Bruère.

L’hydrogène, un atout qu’entend jouer le Gouvernement

La technologie hydrogène comme vecteur d’énergie est connue depuis plusieurs décennies. Elle est en voie de développement et de démocratisation avec l’appui des pouvoirs publics. Le Gouvernement a en effet annoncé son ambition avec le lancement de sa stratégie pour la production d’hydrogène décarboné qui participe à la lutte contre le réchauffement climatique.

En bref, il faut se passer le plus possible des combustibles fossiles, émetteurs de CO2 et non durables.
 

La stratégie nationale pour le développement de l’hydrogène décarboné en France
 

L’hydrogène est un pilier de la stratégie gouvernementale de décarbonation contre le réchauffement climatique, les pollutions atmosphériques et sonores. Cette ambition a été affirmée en 2015 avec un objectif de neutralité carbone à horizon 2050. La Stratégie nationale de développement de l’hydrogène vert, quant à elle, a été présentée le 8 septembre 2020.

La production de l’hydrogène décarboné – l’hydrogène vert – devient une priorité pour les pouvoirs publics. L’hydrogène décarboné sera produit par électrolyse via des installations d’énergie renouvelables (éolien, solaire….) et par un tissu industriel fort d’usines géantes.

7 Mds €, d’ici à 2030, sont consacrés à ce développement, dont 2 Mds € en 2021-2022.

Plus d’informations



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


32 + = 36