des milliers de civils fuient la capitale commerciale du Puntland après des combats


Des milliers d’habitants de Bossasso, dans la région somalienne du Puntland (nord-est), ont fui la ville après plusieurs jours de combats, a appris samedi l’AFP auprès des autorités locales, confirmant des informations publiées par le Bureau des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha) en Somalie.

Ce port situé au bord du Golfe d’Aden, capitale commerciale du Puntland, a vu des combats éclater depuis mardi entre deux franges opposées au sein des forces de sécurité de la région. «Des milliers de résidents de la ville de Bossasso ont fui ces jours-ci alors que des combats sporadiques éclataient dans différentes parties de la ville», a déclaré samedi à l’AFP Abdirizak Mohamed, un responsable du gouvernement local, joint par téléphone.

«La plupart des personnes ont décidé de quitter leur maison après que les deux parties belligérantes ont utilisé des armes lourdes et des mortiers», a-t-il ajouté. Ce responsable a ajouté que le nombre «exact» de personnes déplacées n’était pas connu. Il était difficile samedi d’établir combien de personnes étaient décédées, certaines sources évoquant «huit» ou «dix» morts, principalement des civils.

Vendredi, la représentation d’Ocha en Somalie s’est dite «extrêmement préoccupée» par l’impact sur les civils de ces violences locales. «Alors que les combats se poursuivent dans la ville de Bossaso pour le troisième jour consécutif, plus de la moitié de la population de la ville aurait été déplacée», a écrit dans un communiqué Adam Abdelmoula, coordinateur des affaires humanitaires de l’ONU en Somalie, sans donner de chiffre précis.

De plus, selon les informations d’Ocha, «environ 40% des 70.000 déplacés internes» déjà présents à Bossasso connaîtraient actuellement un «second déplacement» en raison de ces violences. Situé à l’extrême nord du pays, le Puntland est l’un des cinq États semi-autonomes qui constituent la Somalie, un pays fédéral profondément instable et secoué par la violence depuis des décennies.



Source link