Demain nous appartient : “Ce n’est que le début du cauchemar pour Sandrine” selon Juliette Tresanini – News Séries


Sandrine va-t-elle arriver à démasquer Franck avant qu’il ne soit trop tard ? Alors que cette question tient actuellement en haleine les fans de “Demain nous appartient”, Juliette Tresanini nous en dit plus sur la suite de cette intrigue à suspense.

AlloCiné : En avril dernier, vous nous disiez avoir envie que Sandrine soit un peu plus plongée dans l’aspect “enquête” de la série. Visiblement vous avez été entendue par les auteurs de Demain nous appartient car depuis quelques semaines Sandrine fait tout pour dévoiler au grand jour le vrai visage de Franck, son beau-frère, qu’elle accuse d’être un meurtrier…

Juliette Tresanini : Ah oui, là je suis servie (rires). J’ai vraiment beaucoup de chance. À chaque fois que les auteurs écrivent pour mon personnage, je suis gâtée, donc je les remercie vraiment. Et ce qui est génial dans cette intrigue c’est que c’est vraiment Sandrine seule contre tous. C’est très exaltant à jouer. Cette incompréhension, le fait de se prendre des portes, des murs en permanence, avec tous les gens qu’elle aime. On découvre une combattante, une vraie guerrière. Elle a une alliée quand même dans tout ça, Anna. Mais en dehors d’Anna, Sandrine en ce moment c’est vraiment Nikita (rires).

Franck va de plus en plus loin au fil des épisodes. Il est allé jusqu’à agresser Arthur. Que pouvez-vous dire sur la manière dont l’intrigue va évoluer ensuite ? Les proches de Sandrine vont-ils commencer à prendre ses avertissements au sérieux ?

Je n’ai pas envie de dévoiler trop de choses sur la suite de l’intrigue. Mais ce que j’aime beaucoup dans cette arche c’est qu’on suppose que c’est Franck. Ce n’est pas comme dans les autres intrigues où on cherche le coupable. Là on l’a vu porter ce corps en même temps que Sandrine. Sandrine c’est l’œil du spectateur. Donc ce qui est vraiment génial c’est de se demander à quel moment les gens autour d’elle vont commencer à réaliser qu’elle a raison et qu’elle dit la vérité. Jusqu’où Franck va-t-il devoir aller pour que les gens ouvrent les yeux ? C’est ça qui est très différent des 41 intrigues précédentes. On connaît le coupable, on est avec la victime qui est Sandrine. Et je pense que c’est une situation où on s’identifie tellement à mon personnage qu’on vit les choses avec elle, avec ses émotions. Et c’est pour ça que j’adore particulièrement cette intrigue, au-delà du fait qu’elle concerne mon personnage et que j’adore ça (rires). Elle est vraiment construite différemment, scénaristiquement parlant.

Doit-on s’attendre à ce que la descente aux enfers de Sandrine se poursuive dans les prochains épisodes ?

Ah oui, ça je vous le confirme ! Ce n’est que le début du cauchemar pour Sandrine. Je me suis mise dans tous mes états (rires). Les choses vont encore s’intensifier. Et je pense que ça va créer une frustration de plus en plus forte. Mais dans le bon sens du terme. Les téléspectateurs vont vraiment finir par se dire “Mais ce n’est pas possible que personne n’ouvre les yeux !”. Car tout ça va finir par être de plus en plus gros. Et la seule qui accepte de la croire c’est vraiment Anna.

Capture d’écran/TF1

C’est la première fois que vous partagez autant de scènes avec Maud Baecker, non ?

On a quand même eu quelques intrigues sympa auparavant. On était ensemble dans les grands événements, type l’accident de bus ou l’incendie. Lors de l’incendie du mas, on était vraiment toutes les deux, on avait peur pour nos fils respectifs qui étaient coincés à l’intérieur. C’était un beau duo. Mais c’est vrai que ces arches étaient un peu plus chorales. Donc là c’était une bonne surprise d’avoir autant de scènes ensemble, juste toutes les deux, c’est sûr.

Sur Instagram, on vous a vue à plusieurs reprises porter des lunettes noires sur le tournage de cette arche. Est-ce que cela a un lien avec la suite des événements ? Sandrine va-t-elle perdre la vue ?

C’est tellement drôle que vous me parliez de ça (rires) ! Non, en fait, pour tout vous dire, j’ai perdu mes lunettes de vue durant le tournage de cette intrigue. Et les lunettes noires que vous avez pu voir, mes lunettes de soleil, ce sont mes autres lunettes de vue, tout simplement. Et comme je tournais beaucoup, j’avais mal aux yeux, donc j’étais obligée de me soulager avec mes autres lunettes. Mais ce n’est pas lié à l’intrigue. Cela dit, on en a beaucoup rigolé sur le plateau car les gens me disaient “Mais Juliette, qu’est-ce que tu fais avec ces lunettes de soleil ? T’as bu ?” (rires). Et je devais expliquer à tout le monde ce qui m’arrivait et on a fini par me surnommer Isabelle Adjani (rires). C’était un peu la blague du tournage car en plein hiver ça étonnait tout le monde de me voir porter des lunettes de soleil.

Pensez-vous que la relation entre Sandrine et Anne-Marie va pouvoir survivre à tout ce qui se passe en ce moment et finalement s’apaiser ?

Ce que je peux dire c’est que Sandrine va être de plus en plus inquiète pour sa mère. Et elle va tellement se battre pour sa mère que, si jamais Anne-Marie réalise que Sandrine a raison, elle va forcément être touchée. Et elle va se dire “J’ai été une mauvaise mère et malgré tout ma fille est prête à se sacrifier pour moi”. C’est une très belle preuve d’amour. Sandrine fait preuve de beaucoup de courage et de beaucoup d’amour pour sa maman au cours de cette intrigue. Elle se rend compte qu’elle l’aime, tout simplement. Malgré tout ce qui a pu se passer entre elles par le passé. Et je pense que ça va changer leur relation. Ça va sûrement apaiser les choses. De toute façon, ça ne peut pas aller plus mal entre elles (rires). Et on s’aime tellement dans la vie avec Véronique Jannot que c’est un bonheur de détester autant son personnage à l’écran.

Savez-vous si Véronique Jannot va rester de manière plus permanente dans la série ?

Je crois qu’elle aimerait bien. On aimerait tous en fait, bien sûr. Elle aime beaucoup ce personnage d’Anne-Marie. Et elle l’aime d’autant plus cette deuxième fois je pense. Car, sur la première intrigue Lazzari, Anne-Marie était vraiment détestable, elle avait des valeurs très éloignées de celles de Véronique. Et là, tout d’un coup, avec son son mea culpa, sa prise de conscience, et cette intrigue amoureuse avec Franck, elle est beaucoup plus dans la lumière. Donc je pense qu’elle aimerait beaucoup continuer à l’interpréter. Mais, encore une fois, ce sont les auteurs qui décident de notre sort. Donc on verra bien.

Capture d’écran/TF1

Les accusations à répétition portées par Sandrine envers Franck commencent à avoir de vraies conséquences sur son couple avec Morgane. Doit-on s’inquiéter pour l’avenir de leur relation ?

J’espère que non (rires). On l’aime tellement ce couple ! Mais ce qui est génial c’est que tout ce qui leur arrive en ce moment offre un registre moins doux à Morgane, et c’est super pour Marie Catrix, qui a une palette de jeu quand même très large. Ça lui donne l’occasion de rentrer dans des colères noires, de sortir de ses gonds. Et c’est normal car Franck est son frère, elle l’aime, il l’a aidée durant sa transition. Alors elle refuse de croire son frère capable du pire, elle ne veut pas ouvrir les yeux, et elle monte dans les tours. C’est génial, en tant qu’actrice, d’aller jusque-là. Et on va voir par la suite que Marie est également formidable dans le drame.

J’ai toujours dit que l’important pour moi c’était de jouer ensemble, d’explorer des choses. Peu importe si ce qui arrive prend la forme d’une rupture, d’un bébé, ou d’un mariage. L’important c’est que je puisse continuer à jouer avec Marie. Les scènes où on se dispute, elles sont aussi agréables pour nous à jouer que les scènes où on s’embrasse. On jubile tout autant à jouer des sentiments négatifs que positifs. La pire chose qui pourrait nous arriver, c’est l’ennui. Mais grâce aux auteurs de la série, nous sommes toujours extrêmement bien servies. Et là, cette intrigue, c’est vraiment une intrigue de haine entre Franck et moi. Et on a adoré la jouer avec Franck Sémonin, qui a été un super partenaire sur cette arche. On est allé très loin dans la haine. C’est vraiment “Franck contre Sandrine : qui de nous deux ?”. Et là pour l’instant il est en train de gagner car tout le monde est de son côté. Alors, est-ce que Sandrine va arriver à renverser la tendance ? Suspense…

Après cette intrigue sur les Lazzari-Guého, à quoi peut-on s’attendre pour votre personnage ? À un retour vers des intrigues davantage ancrées dans l’univers du lycée ?

Oui, je pense qu’on va continuer à la voir beaucoup au lycée car, évidemment, en tant que proviseur elle est le pilier de ce décor riche en histoires d’ados. Mais j’espère qu’elle va avoir aussi d’autres intrigues personnelles. J’aimerais bien une amitié masculine, car Sandrine est surtout amie avec des femmes. Ça me plairait beaucoup que Sandrine ait un nouvel ami homme. Et puis peut-être plus de comédie aussi. Je crois que les auteurs nous avaient dit que, puisqu’avec Ingrid Chauvin ça se passait très bien, ils allaient nous écrire des scènes un peu plus légères entre Chloé et Sandrine. Ça viendra peut-être un peu plus avec les beaux jours. Mais souvent je dis “J’aimerais bien un mariage entre Sandrine et Morgane”, et en fin de compte on me propose quelque chose qui n’a rien à voir, et je suis quand même ravie. Et c’est ce que j’aime sur cette série. Sur la plupart de mes autres projets, je joue et j’écris, alors que là sur DNA je suis dans le lâcher prise et je n’ai aucun contrôle sur ce qui va arriver à mon personnage. Je me laisse surprendre et c’est assez reposant, et assez grisant.

Capture d’écran/TF1

Frédéric Diefenthal ayant rejoint Ici tout commence, le poste d’Antoine semble toujours vacant au lycée. Peut-on espérer voir débarquer un nouveau proviseur adjoint prochainement ?

Aucune idée, mais j’aimerais beaucoup. Même si ce sera très difficile de remplacer Frédéric. Car notre duo fonctionnait super bien. Mais ce serait génial, oui. Un peu de sang neuf au lycée. Même quelqu’un que Sandrine détesterait, ça pourrait être très intéressant à jouer. Ceci dit, les auteurs ont déjà un peu exploré cela avec la CPE car la relation entre Lise et Sandrine n’est pas toujours au beau fixe. Mais je trouve que plus il y a de profs au lycée, plus ça enrichit le décor et les intrigues, donc ça ne peut être que positif. Et ça va forcément finir par arriver si la série doit durer 10 ans ou plus (rires). On en est déjà à 42 intrigues, c’est complètement dingue. On a une chance folle. Les téléspectateurs sont toujours au rendez-vous et c’est grâce à eux que cette belle aventure continue.

Avez-vous d’autres projets à venir dont vous pouvez parler ?

Je continue de développer ma chaîne Youtube, je tourne beaucoup de courts métrages. Et je projette même de proposer l’un des premiers longs métrages sur Youtube. Je suis actuellement en écriture avec Laurent Firode. On avait fait un court métrage qui s’intitulait “De l’autre côté de l’armoire”, et qui a été vu par 100 000 personnes à peu près. Il a particulièrement plu à ma communauté, tout le monde nous demandait d’en faire un long, et on est donc parti sur l’écriture d’un long métrage adapté de ce court. On s’était dit que ce serait pour ma chaîne, mais si on trouve d’autres financements ça pourrait aussi être pour le cinéma ou pour Netflix, pourquoi pas. Tout est possible.

Et à la télévision, on va me voir prochainement dans Lucas a disparu sur M6. Un téléfilm très touchant avec Laëtitia Milot et Assaad Bouab. Et j’ai aussi décroché un rôle dans un prochain téléfilm de TF1 avec Mathieu Madenian, qui a été repoussé à cause du Covid mais qui devrait normalement entrer en tournage en avril.

Propos recueillis le 6 janvier 2021 par téléphone.

Le court métrage “De l’autre côté de l’armoire” avec Juliette Tresanini :



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


4 + 2 =