David Hockney : « Le temps qui passe, c’est la vie. Et c’est ce que je peins »


Vous avez choisi de vous installer en France l’année dernière. Plus précisément en Normandie, qui est aussi le thème de votre exposition « Ma Normandie » à la galerie Lelong & Co. actuellement. Pourquoi cette région vous intéresse tant ?

David & Ruby dans l’atelier en Normandie

David & Ruby dans l’atelier en Normandie, 25 mai 2020

i

© David Hockney / Photo Jean-Pierre Gonçalves de Lima / Courtesy Galerie Lelong & Co. Paris

David Hockney : Eh bien, je ne connais pas très bien la France, mais j’aime la Normandie pour ses fleurs. Fin 2018, nous avons passé quelques jours à Honfleur pour nous reposer. De là, nous sommes allés à Bayeux voir la tapisserie (1066–1082) – une œuvre d’art incroyable. Nous avons donc traversé la campagne et je me suis dit que si nous nous installions ici un moment, je pourrais peindre l’arrivée du printemps en Normandie. En 2011, j’avais déjà peint The Arrival of Spring dans le Yorkshire sur mon iPad. Je vivais dans une maison au bord de la mer, je devais sortir de la ville tous les jours pour trouver un motif. Ici, je vis complètement entouré par le motif. Je le vois en regardant par la fenêtre. Tout est vert, et il y a une grande variété de fleurs. Le monde est beau, mais ici, il est exceptionnel. Je dois aussi ajouter qu’en tant que fumeur, je suis bien mieux toléré ici.

et accédez à Beaux Arts Magazine
et à tous les contenus web
en illimité à partir de 5,75€ / mois



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


77 + = 79