Data moisson 2021 – Les premières estimations de rendements par département en orge d’hiver et colza


Alors que la moisson vient de démarrer dans certains secteurs, Agreste a dévoilé, ses premières estimations de rendements en orge d’hiver et en colza pour la récolte 2021. Retrouvez ces informations, département par département, d’après des données du 1er juin 2021.

Selon des données Agreste du 1er juin 2021, « la production d’orges d’hiver est évaluée en forte hausse (+ 19,3 % sur un an), à 7,7 millions de tonnes, grâce à une hausse des surfaces et surtout des rendements ». « Cette première estimation, avant récolte, reste à confirmer dans les prochains mois », souligne toutefois le service statistique du ministère de l’agriculture.

Du côté du colza d’hiver, les nouvelles sont moins réjouissantes… Comme pressenti, la production s’annonce en nette baisse pour cette moisson 2021, passant en dessous des 3 millions de tonnes. En cause « le recul des surfaces (- 128 000 ha), tandis que le rendement, estimé à 31 q/ha, augmenterait légèrement ». 

Concernant les autres cultures, Agreste n’a pas encore dévoilé d’estimations de rendements. « Les surfaces consacrées aux céréales atteignent 9,2 millions d’hectares et sont en hausse sur un an. Parmi elles, la sole de blé tendre augmente notamment à 4,9 millions d’hectares. Le blé dur couvre, lui, 275 milliers d’hectares, soit une augmentation de 9,3 % sur un an ». « Après des surfaces exceptionnellement élevées en 2020, consécutives du report de cultures d’hiver sur des cultures de printemps, la sole d’orge de printemps recule, par contre, nettement (- 24,5 % sur un an) tout en se maintenant au-dessus de la moyenne 2016-2020 (+ 5,7 %) ». En maïs grain (y compris semences), « la sole est évaluée à 1,5 million d’hectares, en baisse de 11,1 % sur un an et s’établit ainsi au niveau de la moyenne 2016-2020 ».

Du côté des protéagineux, « les surfaces augmentent de 5,2 % sur un an et de 18,9 % par rapport à la moyenne 2016-2020. Les pois protéagineux progressent de 5,3 %. À noter que depuis cette année 2021, les estimations distinguent les pois protéagineux purs, estimés à 202 milliers d’hectares, des mélanges de pois estimés eux à 40 milliers d’hectares. Par ailleurs les surfaces de féveroles progressent de 5,6 % », précise Agreste.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


8 + 2 =