Dans les gares, en plein air ou en galeries, 10 expos à voir en ce moment !


1. Sur les grilles de la tour Saint-Jacques, le Congo en photographies

C’est l’histoire d’un projet métamorphosé par la crise. Finbarr O’Reilly, photojournaliste basé à Londres, se rend en janvier 2020 au Congo pour y réaliser un reportage long de six mois. Obligé de rentrer rapidement en Angleterre pour rester confiné, l’homme ne baisse pas les bras et contacte quinze photographes et journalistes congolais pour poursuivre et enrichir le projet qu’il avait débuté seul. Un site collaboratif, Congo in conversation, voit rapidement le jour, racontant en textes et en images la situation actuelle du pays, ses difficultés face à Ebola, sa vie quotidienne. Lauréat du prix Carmignac, ce reportage aux multiples auteurs est exposé, après Porquerolles cet été, sur les grilles de la tour Saint-Jacques, entre la rue de Rivoli et la place du Châtelet.

Goma, République démocratique du Congo, 2 avril 2020.

Goma, République démocratique du Congo, 2 avril 2020.

i

Arrow

11ème prix Carmignac du photojournalisme

Du 6 janvier 2021 au 27 janvier 2021
Grilles de la tour Saint-Jacques, 39 rue de Rivoli 75004 Paris.

congoinconversation.fondationcarmignac.com

2. Angoulême entre en gare

D’ordinaire rendez-vous incontournable du mois de janvier, le festival d’Angoulême s’offre un calendrier spécial crise et se dédouble pour se tenir à la fin du mois de juin, quand les beaux jours auront (espérons-le) chassé un peu de ce virus anti-culture. Le mois de janvier restera celui de la remise des prix, et d’une grande exposition répartie dans quarante-et-une gares de France, dont douze en Île-de-France. À Saint-Lazare, à la gare du Nord ou encore à Versailles-Chantier, les voyageurs ont leurs billets pour les planches de Blutch et Robber, de Cyril Pedrosa (une beauté !) ou encore de Tatsuya Endō. De quoi pardonner à la SNCF ses fréquents retards, prétextes à un peu de lecture et de contemplation !

À gauche : Extraits de l’album « Quitter la baie » de Bérénice Motais de Narbonne exposés à la gare d’Agen. À droite : extraits des albums « Tanz! » de Maurane Mazars et « Billy noisettes » de Tony Millionaire à la gare d’Orléans

À gauche : Extraits de l’album « Quitter la baie » de Bérénice Motais de Narbonne exposés à la gare d’Agen. À droite : extraits des albums « Tanz! » de Maurane Mazars et « Billy noisettes » de Tony Millionaire à la gare d’Orléans

i

Arrow

Des évènement à retrouver jusqu’au 15 février dans 41 gares de France !

3. Saint-Germain-des-Prés prend la pose

Malgré quelques rendez-vous manqués dans des lieux restés fermés – comme la Maison Auguste Comte –, Photo Saint-Germain se maintient et nous invite à déambuler dans différentes galeries des 6e et 7e arrondissements. Chez Patrice Trigano, les nus intimes de Monika Czosnowska, Françoise Huguier et Marie Jo Lafontaine répondent au maître du genre Lucien Clergue. Pour le plaisir des correspondances, on ira ensuite regarder les nus masculins du Lusted Men Project Space. À la galerie Madé, éblouissement devant les images tout en attraction/répulsion de Lucile Boiron. Et pour nous réchauffer le cœur, on filera à la galerie du Crous qui expose les photographies solaires de Massao Mascaro.

Massao Mascaro, « Massao » à l’exposition « Jardin » à la galerie du Crous

Massao Mascaro, « Massao » à l’exposition « Jardin » à la galerie du Crous

i

Du 7 au 23 janvier 2021

Arrow

Dialogue autour du nu féminin

Du 7 janvier 2021 au 23 janvier 2021

Arrow

Lusted Men Project Space

Du 7 janvier 2021 au 23 janvier 2021
8 rue Perronet 75007 Paris

www.photosaintgermain.com

Arrow

Womb – Lucile Boiron

Du 7 janvier 2021 au 23 janvier 2021

galeriemade.com

Du 7 janvier 2021 au 23 janvier 2021

www.photosaintgermain.com

4. La foire 1–54 dépayse chez Christie’s

Les foires ont, décidément, plus d’un tour dans leur sac. Entravées par la crise, elles se déploient en ligne, changent de date, de lieu… C’est le cas de 1–54, dont les trois premières éditions ont fait vibrer Marrakech et qui a, cette année, décidé de se tenir en ligne ainsi que chez Christie’s, avec une (courte) exposition. Au programme : un beau panorama d’artistes africains et de la diaspora grâce à une vingtaine de galeries internationales, dont celles de Nathalie Obadia, de Cécile Fakhoury et de Magnin-A. Attention toutefois : il vous faudra réserver à l’avance un créneau de visite.

À gauche : « The 12 Powers » de Prince Gyasi. À droite : « Murmurantes – The Murmurers » de Cristiano Mangovo

À gauche : « The 12 Powers » de Prince Gyasi. À droite : « Murmurantes – The Murmurers » de Cristiano Mangovo, 2019

i

Acrylique sur toile • 56 x 75 cm et 190 x 200 cm • Coll. Nill Gallery et Coll. This Is Not a White Cube • © Nil Gallery / © This is Not a White Cube

Du 20 janvier 2021 au 23 janvier 2021

www.christies.com

5. Un métro nommé expo

Ils s’appellent Willy Ronis, Jane Evelyn Atwood, Henri Cartier-Bresson. Et sont, pour quelques mois, les nouveaux « artistes du métro ». En partenariat avec le Grand Palais qui devrait ouvrir prochainement les portes de son exposition Noir & Blanc, une esthétique de la photographie, treize stations accueillent les reproductions grand format d’une quarantaine de clichés. Portraits, scènes de rue ou d’intérieur, tous mettent « l’humain à l’honneur » et sont issus de la collection de la Bibliothèque Nationale de France. Rendez-vous à Hôtel de Ville, Luxembourg, Madeleine ou Nanterre-Université pour un trajet arty.

La RATP invite l’exposition « Noir & Blanc, une esthétique de la photograhie » dans le métro parisien

La RATP invite l’exposition « Noir & Blanc, une esthétique de la photograhie » dans le métro parisien, 2020

i

© Nicolas Krief pour la Rmn – Grand Palais

Arrow

Des photographies à ne pas manquer…

De novembre 2020 à février 2021

Aux stations : Hôtel de Ville, Châtelet, Châtelet-les-Halles, Luxembourg, Saint-Denis, Porte de Paris, Gare de Lyon, La Chapelle, Saint-Michel, Madeleine, Pyramides, Jaurès, Bir Hakeim, Nanterre-Université.

https://www.ratp.fr/groupe-ratp/newsroom/culture/lexposition-noir-blanc-au-grand-palais-maintenue-sur-le-reseau-ratp-au

Arrow

Noir et blanc – Une esthétique de la photographie

Du 12 novembre 2020 au 1 février 2021
Pendant la période de couvre-feu, le musée fermera tous les jours à 20h.

En attendant de découvrir l’exposition au Grand Palais, ne manquez pas notre numéro hors-série :

6. Erwin Olaf : d’Indochine au confinement

Qu’il photographie des familles de juifs orthodoxes, des hommes nus coiffés de chapeaux de femme ou des jambes fuselées habillées de talons hauts, Erwin Olaf (né en 1959) produit avec constance des images parfaitement composées, figées comme des tableaux. À la galerie Rabouan Moussion, d’anciennes séries côtoient un travail de trois années pour le groupe Indochine, qui illustre la pochette de leur dernier album. Plus actuel encore, différents autoportraits réalisés en 2020 montrent l’artiste seul ou presque dans des environnements vides et sinistres, qui évoquent les semaines de confinement. Le visage maquillé de blanc et un cône planté sur la tête, Olaf illustre avec génie cette période durant laquelle il se sentait « comme un simple figurant dans un film d’épouvante ».

Erwin Olaf, « Squares, Pearls » et « April Fool, 11.30 am »

Erwin Olaf, « Squares, Pearls » et « April Fool, 11.30 am », 1986 et 2020

i

photographies • © Erwin Olaf, Courtesy Galerie Rabouan Moussion

Arrow

Erwin Olaf. 2020 & Before. A journey in Black and White

Du 28 novembre 2020 au 13 février 2021

www.rabouanmoussion.com

7. Jean-Baptiste Boyer : portraits d’époque

Avant son exposition printanière au château de Bussy-Rabutin, le jeune peintre Jean-Baptiste Boyer (né en 1990) poursuit son exploration de l’art du portrait à travers de spectaculaires grands formats à l’obscurité veloutée – aux côtés d’une série de petites scènes en tout genre. Camaïeux de bruns, paysages renaissants et poses étudiées l’inscrivent dans la droite lignée des grands maîtres de l’histoire de l’art – mais ses personnages, leurs postures, leurs vêtements contemporains, leurs visages impassibles nous parlent d’une époque, la nôtre, incertaine et mélancolique. Qu’illustre un titre laconique mais révélateur : Horizon.

Vue de l’exposition Jean-Baptiste Boyer à la Laure Roynette Gallery

Vue de l’exposition Jean-Baptiste Boyer à la Laure Roynette Gallery

i

Courtesy Laure Roynette • © Laure Roynette Gallery

Arrow

Horizon – Jean-Baptiste Boyer

Du 17 octobre 2020 au 23 janvier 2021

www.laureroynette.com

8. David Renaud : trente ans, nulle part

Réalisées entre 1990 et 2020, les peintures réunies par David Renaud (né en 1965) sous le titre Nowhere pour la galerie Anne Barrault renouvellent radicalement la peinture de paysage. Très lointains ou très proches, abstraits ou chiffrés en coordonnées, ses paysages dissimulent non sans précision des cartes et des environnements, qui deviennent pour lui sources d’expérimentations plastiques. L’artiste questionne l’échelle de représentation, l’idée même de cartographie, le rapport au monde. Et se fait terriblement actuel.

Vue de l’exposition David Renaud à la galerie Anne Barrault et présentations des œuvres « Les enfers »

Vue de l’exposition David Renaud à la galerie Anne Barrault et présentations des œuvres « Les enfers »

i

Arrow

David Renaud – Nowhere

Du 9 janvier 2021 au 20 février 2021

9. Des saucisses et des stilettos signées Raphaela Simon

Dans la première salle de la galerie Max Hetzler, une chaussure sature l’espace d’une vaste toile, simplissime dans sa silhouette et quasi-enfantine dans sa réalisation… Comme l’image douce-amère d’un culte puéril pour les marchandises, lié à l’angoisse d’apparaître séduisant(e). D’autres complètent, toujours seuls sur la toile : une grande raquette de tennis, une saucisse, un gros revolver de cinéma, tout aussi crus, colorés, factices. Née en 1986, Raphaela Simon invite entre ses peintures d’objets divers un podium où défilent des sculptures façon mannequins grandeur nature, aux formes molles faites de tissu. Pour un Fashion Show de pantin, farce pantomimique dans un monde commerçant, fantasmant à outrance les objets.

Vue de l’exposition « Raphaela Simon – The Fashion Show » à la galerie Max Hetzler

Vue de l’exposition « Raphaela Simon – The Fashion Show » à la galerie Max Hetzler, 2020

i

Photo © Nicolas Brasseur

Arrow

Raphaela Simon – The Fashion Show

Du 5 décembre 2020 au 30 janvier 2021

www.maxhetzler.com

10. Polaroïds d’un autre printemps chez Julien Carreyn

Ce sont de petites étagères en bois blanc, accrochées au mur et soutenant des œuvres aussi légères que des brindilles. Quelques polaroïds, de minuscules peintures, des collages… Beaucoup de jeunes filles nues, aux fesses qui s’échappent ou s’alanguissent, et puis des bouts de villes, de campagne, et des images abstraites, juste colorées, comme des fleurs posées là. Pour la galerie Crèvecoeur, Julien Carreyn (né en 1973) glane des images sensuelles d’un monde périphérique, un peu rétro, un peu cinéma. Une vidéo et des polaroïds sous plastique complètent ces constellations charmantes à l’œil, haïkus d’emblée familiers. Qu’on aime parce qu’ils nous chuchotent un peu du monde d’avant, celui des jours de soleil et de la sensualité.

Julien Carreyn, Les pharmacies du Sacré-Cœur (Vézières, Saint-Mihiel)

Julien Carreyn, Les pharmacies du Sacré-Cœur (Vézières, Saint-Mihiel), 2020

i

Structure en bois trois niveaux et fond, gouache, encre, acrylique sur carton, photos instantanées, impression par sublimation thermique, impression laser • 47 × 30 cm • Courtesy Crèvecoeur • Photo © Aurélien Mole

Arrow

Jeanne Cals et les pharmacies du Sacré-Cœur

Du 11 décembre 2020 au 23 janvier 2021

galeriecrevecoeur.com



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


8 + 2 =