Dans la grotte miraculeuse d’Henry Darger



En ce début d’année 1973, David Berglund vit au 851 Webster Street à Chicago et s’apprête à faire une incroyable découverte ! Son voisin solitaire et âgé est parti vivre en maison de retraite. Les propriétaires de l’appartement que celui-ci occupait chargent alors Berglund de faire place nette. Le logement est minuscule, l’affaire ne devrait pas trop traîner !

Sans doute Berglund ne se doutait-il pas du désordre qui régnait chez ce vieux monsieur, un certain Henry Darger ! Les derniers temps, l’homme, que beaucoup pensaient fou, vivait reclus. Dans l’appartement sombre et exigu, aux allures de grotte, où s’entassent des piles de comics et de journaux, Berglund découvre par hasard un étrange ensemble de dessins de plus de 15 000 feuillets, intitulé The Story of the Vivian Girls in What is Known as the Realms of the Unreal, of the Glandeco-Angelinian War Storm Caused by the Child Slave Rebellion : le récit épique et illustré d’une bande d’enfants menée par les Vivian Girls et réduite en esclavage par les « Glandeliniens ». Scènes de révolte et de guerre, tortures et martyrs insoutenables… Henry Darger a déployé toute sa vie durant, sur de larges frises et dans le plus grand secret, une iconographie aussi effroyable que virtuose. Pour réaliser ses dessins, l’artiste autodidacte puisait dans les magazines qu’il accumulait inlassablement et dont il décalquait scrupuleusement les images.

Alors que faire de tout ce fatras ? David Berglund et Nathan Lerner, le propriétaire du logement, s’en vont voir Darger. Pour le vieil homme, qui décèdera quelques mois plus tard, il est trop tard, rien ne sert de conserver son extraordinaire bazar ! Lerner, heureusement, décide de tout garder et d’immortaliser le désordre : il invite Coleen Fitzgibbon, alors étudiante à l’Art Institute de Chicago, assistée de Michael Thompson, à venir filmer l’appartement avec sa caméra super 8. En résulte ce film expérimental et muet de 20 minutes qui dévoile l’antre du génial créateur : sa fabuleuse collection d’images pieuses et profanes, ses bandes-dessinées, mais aussi ses écrits et ses dessins. Le fabuleux trésor d’un génie jusqu’alors incompris, devenu icône de l’art !



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


9 + 1 =